Skip to navigation – Site map

Produire de l’ignorance plutôt que du savoir ?

L’expertise en santé au travail
Producing Ignorance Instead of Knowledge ? Scientific Expertise in Occupational Health
Émilie Counil and Emmanuel Henry
p. 5-29

Abstracts

This paper analyses the consequences of the increasing reference to scientific expertise in the decision and implementation process of occupational health policy. Based on examples (exposure limits and attributable fractions) taken from an interdisciplinary seminar conducted in 2014-2015, it shows how the measurement or regulation of a problem through biomedical sciences produces blind spots. More indirect implications are also examined through other examples, such as the limitation of trade unions’ scope for action. The potential contribution of social sciences and field knowledge is also questioned, notably to uncover the conflicting dimensions of such issues, often rendered invisible by institutional norms of expertise. Finally, the paper suggests launching a broad political debate accessible to non-specialists about collective occupational health issues, a dialogue made difficult by the rise of the afore-mentioned techno-scientific perspective.

Top of page

Excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2020.
Read it

Outline

Conséquences d’une redéfinition des enjeux de santé au travail sous un angle sanitaire
Les valeurs limites d’exposition professionnelle (VLEP) : les contraintes d’une expertise scientifique indépendante
Les fractions attribuables : miroir déformant ou reflet d’une vision fragmentée de la santé et de ses déterminants ?
Entre savoirs académiques et connaissances issues du terrain, quelle place pour les sciences sociales ?
Quand la recherche de reconnaissance académique des savoirs d’expertise complique la prise en compte des données de terrain
Quelles formes d’expertise en santé au travail, et quelles articulations avec les différentes formes de connaissances existantes ?

First lines

Cet article vise à montrer comment la structuration des connaissances en santé au travail produit des biais dans les façons dont les problèmes sont construits et appréhendés. Dans le prolongement de travaux sur la construction des problèmes publics (Gilbert, Henry, 2012), ce texte est de fait une mise en pratique de l’interdisciplinarité puisqu’il croise le regard sur la santé au travail de deux auteurs venant de deux horizons disciplinaires différents, la sociologie et l’épidémiologie. À partir de différents exemples, l’objectif est de mettre en évidence les spécificités de l’élaboration des savoirs en santé au travail et la manière dont ces savoirs (ou les ignorances parfois persistantes) influent sur les politiques conduites et la prise en charge des problèmes associés.

Aborder scientifiquement les questions de santé au travail n’est pas toujours facile : en effet, cela nécessite souvent de mobiliser plusieurs disciplines et outils pour mesurer efficacement les effets du travail s...

Top of page

References

Bibliographical reference

Émilie Counil and Emmanuel Henry, « Produire de l’ignorance plutôt que du savoir ? », Travail et Emploi, 148 | 2016, 5-29.

Electronic reference

Émilie Counil and Emmanuel Henry, « Produire de l’ignorance plutôt que du savoir ? », Travail et Emploi [Online], 148 | octobre-décembre 2016, Online since 01 October 2018, connection on 24 November 2017. URL : http://travailemploi.revues.org/7347 ; DOI : 10.4000/travailemploi.7347

Top of page

About the authors

Émilie Counil

École des hautes études en santé publique (EHESP), Rennes, Sorbonne-Paris-Cité ; Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (Iris ; UMR 8156-997) ; emilie.counil@ehesp.fr

Emmanuel Henry

Université Paris-Dauphine, PSL Research University, Institut de recherche interdisciplinaire en sciences sociales (Irisso ; UMR CNRS 7170) ; emmanuel.henry@dauphine.fr

Top of page

Copyright

© La documentation française

Top of page
  • Revues.org