Skip to navigation – Site map

L’impossible confinement du travail nucléaire

Expérience professionnelle et familiale de salariés sous-traitants exposés à la radioactivité
The Impossible Confinement of Nuclear Work. The Professional and Family Experience of Subcontractors Exposed to Radioactivity in France Nuclear Power Industry
Marie Ghis Malfilatre
p. 101-124

Abstracts

Drawing on an ethnographical approach paying close attention to biographical careers, this article focuses on the relationship subcontractors and their partners have with a professional activity defined by considerable geographical mobility and structural exposition to radioactivity. This work, seized as an opportunity by young men and couples, demands a challenging organization of the life “on the side” which is tolerated for a while, but which is also unable to put an end to male professional fatigue and can even turn out to deteriorate family life. While workers and their partners are busy holding together to face the constraints of long time separation, the risks of work, long ignored, eventually bring trouble and anxiety into family life. This situation affects relatives whose support appears to be decisive, in the mobilization dynamics for the defense of health as well as in the industrial disease experience.

Top of page

Excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2020.
Read it

Outline

Tolérance à la mobilité et arrangements pour tenir ensemble
Accepter le « grand déplacement » pour gagner de l’argent
Arrangements autour du projet familial en construction
« Faire famille » en déplacement
Des contraintes de la mobilité à la mobilité contrainte
L’impossible vie à côté
Le coût familial de l’éloignement prolongé
L’expérience familiale des risques du travail
La distance comme écran provisoire
De la perception des risques à la mobilisation
Reconfiguration familiale face à la maladie

First lines

Si le thème de la santé au travail connaît depuis plusieurs années une relative publicité au sein des arènes scientifiques, médiatiques et politiques, à l’instar du scandale de l’amiante (Henry, 2007), des troubles musculosquelettiques (Hatzfeld, 2009) ou encore des risques psychosociaux (Clot, 2010), les questions relatives à la santé des salariés de l’industrie nucléaire restent, elles, peu traitées.

Depuis le démarrage de son parc nucléaire, Électricité de France (EDF) a fait le choix de confier une partie puis, dès la fin des années 1980, la majorité des opérations de maintenance de ses installations – lesquelles sont les plus exposées aux risques du travail – à des entreprises sous-traitantes. Une « sous-traitance » en termes de conditions de travail, de santé et de droit (Thébaud-Mony, 1991, 2000 ; Daubas-Letourneux, Thébaud-Mony, 2001 ; Bouffartigue et al., 2010) a donc été créée, qui a déjà donné lieu à une série d’alertes, de rapports et de recommandations. Cependant, malgré...

Top of page

References

Bibliographical reference

Marie Ghis Malfilatre, « L’impossible confinement du travail nucléaire », Travail et Emploi, 147 | 2016, 101-124.

Electronic reference

Marie Ghis Malfilatre, « L’impossible confinement du travail nucléaire », Travail et Emploi [Online], 147 | juillet-septembre 2016, Online since 01 July 2018, connection on 26 June 2017. URL : http://travailemploi.revues.org/7202 ; DOI : 10.4000/travailemploi.7202

Top of page

About the author

Marie Ghis Malfilatre

École des hautes Études en sciences sociales (EHESS), Centre d’étude des mouvements sociaux (CEMS), Institut Marcel Mauss ; ma.ghismalfilatre@yahoo.fr

Top of page

Copyright

© La documentation française

Top of page
  • Revues.org