Navigation – Plan du site

L’impossible confinement du travail nucléaire

Expérience professionnelle et familiale de salariés sous-traitants exposés à la radioactivité
The Impossible Confinement of Nuclear Work. The Professional and Family Experience of Subcontractors Exposed to Radioactivity in France Nuclear Power Industry
Marie Ghis Malfilatre
p. 101-124

Résumés

Depuis une démarche ethnographique attentive aux parcours biographiques, cet article s’intéresse à la relation que les salariés sous-traitants de l’industrie électronucléaire et leur compagne entretiennent à une activité professionnelle caractérisée par une importante mobilité géographique et une exposition structurelle à la radioactivité. Investi comme une opportunité par les jeunes hommes et les jeunes couples, ce travail nécessite une organisation de la vie à côté particulièrement délicate pour les deux membres du couple. Tolérée et aménagée pendant un temps, elle se montre toutefois impuissante à conjurer l’usure professionnelle masculine et se révèle même source d’usure familiale. Tandis que les salariés et leur compagne sont occupés à tenir ensemble face à une mobilité qui se révèle de plus en plus contraignante, les risques du travail restés dans un premier temps invisibles finissent par susciter troubles et inquiétudes à la maison. Ils exposent de nouveau les proches, dont le soutien se révèle déterminant tant dans les dynamiques de mobilisation pour la défense de la santé que dans l’épreuve de la maladie professionnelle.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Tolérance à la mobilité et arrangements pour tenir ensemble
Accepter le « grand déplacement » pour gagner de l’argent
Arrangements autour du projet familial en construction
« Faire famille » en déplacement
Des contraintes de la mobilité à la mobilité contrainte
L’impossible vie à côté
Le coût familial de l’éloignement prolongé
L’expérience familiale des risques du travail
La distance comme écran provisoire
De la perception des risques à la mobilisation
Reconfiguration familiale face à la maladie

Aperçu du texte

Si le thème de la santé au travail connaît depuis plusieurs années une relative publicité au sein des arènes scientifiques, médiatiques et politiques, à l’instar du scandale de l’amiante (Henry, 2007), des troubles musculosquelettiques (Hatzfeld, 2009) ou encore des risques psychosociaux (Clot, 2010), les questions relatives à la santé des salariés de l’industrie nucléaire restent, elles, peu traitées.

Depuis le démarrage de son parc nucléaire, Électricité de France (EDF) a fait le choix de confier une partie puis, dès la fin des années 1980, la majorité des opérations de maintenance de ses installations – lesquelles sont les plus exposées aux risques du travail – à des entreprises sous-traitantes. Une « sous-traitance » en termes de conditions de travail, de santé et de droit (Thébaud-Mony, 1991, 2000 ; Daubas-Letourneux, Thébaud-Mony, 2001 ; Bouffartigue et al., 2010) a donc été créée, qui a déjà donné lieu à une série d’alertes, de rapports et de recommandations. Cependant, malgré...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Ghis Malfilatre, « L’impossible confinement du travail nucléaire », Travail et Emploi, 147 | 2016, 101-124.

Référence électronique

Marie Ghis Malfilatre, « L’impossible confinement du travail nucléaire », Travail et Emploi [En ligne], 147 | juillet-septembre 2016, mis en ligne le 01 juillet 2018, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://travailemploi.revues.org/7202 ; DOI : 10.4000/travailemploi.7202

Haut de page

Auteur

Marie Ghis Malfilatre

École des hautes Études en sciences sociales (EHESS), Centre d’étude des mouvements sociaux (CEMS), Institut Marcel Mauss ; ma.ghismalfilatre@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© La documentation française

Haut de page
  • Revues.org