Skip to navigation – Site map

De l’exploitation familiale à la mobilisation collective

La place des conjointes dans un mouvement d’agriculteurs victimes des pesticides
From the Family Farm to a Collective Mobilisation. Wives in a Social Movement of Farmers Suffering from Pesticide Poisoning
Jean-Noël Jouzel and Giovanni Prete
p. 77-100

Abstracts

This article explores the interplay between some structural changes of farmers’ families in France and the political representation of farmers’ interests. It does so by focusing on the role of women in a social movement gathering agricultural workers claiming to be “victims of pesticides”. We show that as wives, women have provided crucial support to the farmers in the trajectory that has enabled them to consider and claim themselves as victims. Yet, we also demonstrate how ambiguous their position within the movement remains : recognized as essential intermediates for collective action, they are seen as victims only through the experience of bereavement. If such an experience gives them legitimacy within the movement, it also separates them from the agricultural world and induces unavoidable tensions.

Top of page

Excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2020.
Read it

Outline

Le rôle déterminant des conjointes pour les agriculteurs victimes des pesticides
Une affaire d’hommes… très entourés
Les conjointes : un appui décisif dans les parcours des agriculteurs victimes des pesticides
Le poids de l’évolution des structures familiales dans l’engagement militant
Si proches, si loin : centralité et périphérie des femmes dans la cause des Phyto-victimes
L’expérience féminine de la maladie : entre naturalisation et mise en scène
Les victimes au masculin ?
Deuil et engagement radical

First lines

La sociologie rurale française connaît depuis une dizaine d’années un important renouvellement, dont un axe fort est l’étude des dynamiques de désenclavement social et politique qui caractérisent la profession agricole. Cette réflexion est particulièrement vive sur deux fronts de recherche. Le premier porte sur l’évolution des structures familiales paysannes, dont un ensemble de travaux quantitatifs et qualitatifs montre qu’elles tendent à s’aligner sur le reste de la société. Ces travaux mettent notamment en évidence la croissance de l’hétérogamie sociale des couples (Rattin, 2002 ; Giraud, Rémy, 2008), une augmentation du nombre de divorces (Bessière et al., 2008 ; Bessière, 2010), un allongement de la durée des études des enfants et une inscription de ces dernières dans des trajectoires de mobilité sociale (Champagne, 2002 ; Alarcon, 2008 ; Bessière, 2010). Le second front de recherche s’intéresse à l’évolution des formes de représentation politique des agriculteurs. Plusieurs tr...

Top of page

References

Bibliographical reference

Jean-Noël Jouzel and Giovanni Prete, « De l’exploitation familiale à la mobilisation collective », Travail et Emploi, 147 | 2016, 77-100.

Electronic reference

Jean-Noël Jouzel and Giovanni Prete, « De l’exploitation familiale à la mobilisation collective », Travail et Emploi [Online], 147 | juillet-septembre 2016, Online since 01 July 2018, connection on 25 May 2017. URL : http://travailemploi.revues.org/7146 ; DOI : 10.4000/travailemploi.7146

Top of page

About the authors

Jean-Noël Jouzel

Centre de sociologie des organisations (CSO) ; jeannoel.jouzel@sciencespo.fr

Giovanni Prete

Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (Iris), université Paris 13 ; prete@univ-paris13.fr

By this author

Top of page

Copyright

© La documentation française

Top of page
  • Revues.org