Skip to navigation – Site map

Quand le travail déborde…

La pénibilité du surtravail à domicile des chercheurs de l’industrie énergétique
Too Much is Too Much. The Difficult Conditions Faced by Overworked Energy Sector Researchers Working at Home
Lucie Goussard and Guillaume Tiffon
p. 27-52

Abstracts

The article draws from a survey undertaken in a specialist energy production and distribution company’s research centre to analyse the employee health effects of overworking, specifically where this involves people working at home. Crossing variables such as work, gender and health, it demonstrates that there are three types of overworking at home, depending on what is being done, how and why. The first relates to tasks done voluntarily that give meaning back to work, being a commodity that has tended to dissipate in recent years in corporate work environments. Although this may add to people’s workload, paradoxically it can also help them to get and stay fit. The second corresponds to phenomena such as employees’ over-investment in their work, to the point of becoming exhausted and even having their health endangered. The third refers to work-life balance problems, largely involving the problems faced by women researchers who become re-categorised as part-timers despite doing as much work as before, and who then struggle to perform all of the professional, domestic and parenting activities required of them.

Top of page

Excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2020.
Read it

Outline

Les chercheurs/euses dans l’industrie : un cas exemplaire de surtravail à domicile
Travailler à domicile pour se maintenir en bonne santé
De la difficulté de faire de la recherche au bureau
Quand la famille permet d’avoir de bonnes conditions de travail à la maison
Travailler à la maison pour retrouver du sens
Quand le surtravail à domicile épuise
Être contraint de finir sa journée de travail à la maison
Des configurations familiales propices au débordement du travail
Quand la famille ne protège pas du surinvestissement
Le surtravail à domicile des chercheuses à temps partiel : un jeu de cache-cache
Passer à temps partiel pour s’occuper des enfants
Un surtravail à domicile qui se fait dans de mauvaises conditions
L’épuisant et insoluble conflit travail-famille

First lines

Depuis une dizaine d’années, la question de la santé au travail bénéficie d’une attention soutenue dans les travaux en sciences sociales (Gollac, 2013). Par-delà leur diversité, disciplinaire, méthodologique et théorique, ces derniers ont ceci en commun de généralement régler leur focale sur le travail réalisé « entre les murs » des entreprises et des administrations. Le « hors-travail » y est peu abordé, ou alors de manière marginale et indirecte, au sens où il s’agit davantage de saisir les effets de la pénibilité du travail sur le hors-travail que d’analyser la pénibilité du « travail hors-travail » en tant que telle. C’est précisément à cette question que notre article entend répondre : quelles sont les conditions d’exercice de ce « travail hors-travail », entendu non comme du travail à domicile classique (Lallement, 1990) ou du télétravail (Coutrot, 2004 ; Cléach, Metzger, 2004), mais comme du travail supplémentaire, du surtravail qui déborde l’enceinte de l’entreprise, en ce q...

Top of page

References

Bibliographical reference

Lucie Goussard and Guillaume Tiffon, « Quand le travail déborde… », Travail et Emploi, 147 | 2016, 27-52.

Electronic reference

Lucie Goussard and Guillaume Tiffon, « Quand le travail déborde… », Travail et Emploi [Online], 147 | juillet-septembre 2016, Online since 01 July 2018, connection on 17 August 2017. URL : http://travailemploi.revues.org/7111 ; DOI : 10.4000/travailemploi.7111

Top of page

About the authors

Lucie Goussard

Centre Pierre Naville, université d’Évry ; lucie.goussard@univ-evry.fr

By this author

Guillaume Tiffon

Centre Pierre Naville, université d’Évry ; Centre d’études de l’emploi et du travail (CEET) ; guillaume.tiffon@univ-evry.fr

Top of page

Copyright

© La documentation française

Top of page
  • Revues.org