Navigation – Plan du site

Quand le travail déborde…

La pénibilité du surtravail à domicile des chercheurs de l’industrie énergétique
Too Much is Too Much. The Difficult Conditions Faced by Overworked Energy Sector Researchers Working at Home
Lucie Goussard et Guillaume Tiffon
p. 27-52

Résumés

S’appuyant sur une enquête réalisée dans le centre de recherche d’une entreprise spécialisée dans la production et la distribution d’énergie, cet article analyse les effets du débordement du travail – ici appelé « surtravail à domicile » – sur la santé des salariés. Par une approche croisant travail, genre et santé, il montre qu’il existe trois types de surtravail à domicile, selon ce qui est fait, comment et pourquoi. Le premier renvoie à des tâches réalisées par plaisir, qui permettent de redonner du sens à un travail qui tend à en perdre dans l’enceinte de l’entreprise. S’il alourdit la charge de travail, il permet donc, aussi et paradoxalement, de tenir et de se maintenir en bonne santé. Le deuxième correspond à des phénomènes de surinvestissement, qui épuisent et peuvent mettre en péril la santé des salariés. Le troisième émane, quant à lui, des difficultés d’articulation travail-famille. Il concerne principalement des chercheuses qui, passées à temps partiel sans que leur charge de travail ait diminué, tentent, tant bien que mal, de mener de front leurs activités professionnelles, domestiques et parentales.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Les chercheurs/euses dans l’industrie : un cas exemplaire de surtravail à domicile
Travailler à domicile pour se maintenir en bonne santé
De la difficulté de faire de la recherche au bureau
Quand la famille permet d’avoir de bonnes conditions de travail à la maison
Travailler à la maison pour retrouver du sens
Quand le surtravail à domicile épuise
Être contraint de finir sa journée de travail à la maison
Des configurations familiales propices au débordement du travail
Quand la famille ne protège pas du surinvestissement
Le surtravail à domicile des chercheuses à temps partiel : un jeu de cache-cache
Passer à temps partiel pour s’occuper des enfants
Un surtravail à domicile qui se fait dans de mauvaises conditions
L’épuisant et insoluble conflit travail-famille

Aperçu du texte

Depuis une dizaine d’années, la question de la santé au travail bénéficie d’une attention soutenue dans les travaux en sciences sociales (Gollac, 2013). Par-delà leur diversité, disciplinaire, méthodologique et théorique, ces derniers ont ceci en commun de généralement régler leur focale sur le travail réalisé « entre les murs » des entreprises et des administrations. Le « hors-travail » y est peu abordé, ou alors de manière marginale et indirecte, au sens où il s’agit davantage de saisir les effets de la pénibilité du travail sur le hors-travail que d’analyser la pénibilité du « travail hors-travail » en tant que telle. C’est précisément à cette question que notre article entend répondre : quelles sont les conditions d’exercice de ce « travail hors-travail », entendu non comme du travail à domicile classique (Lallement, 1990) ou du télétravail (Coutrot, 2004 ; Cléach, Metzger, 2004), mais comme du travail supplémentaire, du surtravail qui déborde l’enceinte de l’entreprise, en ce q...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucie Goussard et Guillaume Tiffon, « Quand le travail déborde… », Travail et Emploi, 147 | 2016, 27-52.

Référence électronique

Lucie Goussard et Guillaume Tiffon, « Quand le travail déborde… », Travail et Emploi [En ligne], 147 | juillet-septembre 2016, mis en ligne le 01 juillet 2018, consulté le 24 mai 2017. URL : http://travailemploi.revues.org/7111 ; DOI : 10.4000/travailemploi.7111

Haut de page

Auteurs

Lucie Goussard

Centre Pierre Naville, université d’Évry ; lucie.goussard@univ-evry.fr

Articles du même auteur

Guillaume Tiffon

Centre Pierre Naville, université d’Évry ; Centre d’études de l’emploi et du travail (CEET) ; guillaume.tiffon@univ-evry.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© La documentation française

Haut de page
  • Revues.org