Navigation – Plan du site

Des syndicalistes britanniques toujours blacklistés !

L’anti-syndicalisme patronal au Royaume-Uni
British Trade Unionists Still Blacklisted! Anti-Trade Unionism by British Employers
Steve Jefferys
Traduction de Isabelle Croix
p. 17-49

Résumés

Au Royaume-Uni, les employeurs ont globalement toujours préféré éviter d’avoir des syndicats dans l’entreprise. Ils ont ainsi établi des listes noires – ou blacklists – de militants qu’ils déconseillaient de recruter aux autres entreprises de la région, contraignant les militants victimes de ces pratiques à changer de ville ou de métier pour trouver un emploi. Pendant plus d’un siècle, des années 1860 aux années 1970, la discrimination syndicale n’a cependant pas été la stratégie dominante du patronat britannique. De nombreuses grandes ou moyennes entreprises toléraient les syndicalistes, allant même jusqu’à coopérer avec eux. Elles cherchaient ainsi à garantir la paix sociale, voyant dans les syndicats le moyen d’obliger les concurrents qui arrivaient dans leur secteur d’activité à en respecter les règles. Ce n’est que sous l’effet du ralentissement économique qui s’est amorcé dans les années 1970 et de l’hégémonie d’un néolibéralisme favorisé ensuite par l’intensification de la concurrence mondiale que la discrimination syndicale est devenue plus systématique. Elle prend des formes directes, qui consistent à éviter l’implantation d’un syndicat, à pénaliser ou à harceler les syndicalistes ; elle est aussi particulièrement répandue sous ses formes indirectes, qui visent à marginaliser les syndicats ou à durcir les conditions légales de leur installation ou de leur action. Alors qu’il était autrefois l’apanage de l’Economic League puis de la Consulting Association – qui, à la suite de la première, a continué de gérer une liste noire dans le secteur de la construction –, l’anti-syndicalisme britannique est devenu une forme sophistiquée et pragmatique de gestion des ressources humaines, dans un contexte où le cadre juridique qui règle désormais les rapports de travail est très favorable à la discrimination à l’encontre de la représentation et de l’action syndicales.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduction réalisée par Isabelle Croix, et reprise par la revue.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Les formes de discriminations et de pratiques anti-syndicales exercées par les employeurs au Royaume-Uni
Discrimination directe et indirecte
Anti-syndicalisme idéologique ou pragmatique
Libéralisme et protectionnisme, une tolérance relative vis-à-vis des syndicats (1870-1970)
Les premières décennies du syndicalisme britannique, entre libéralisme et protectionnisme
Jusqu’à la fin des années 1970, une acceptation pragmatique du syndicalisme…
… avec un anti-syndicalisme idéologique persistant
La discrimination patronale à l’encontre des syndicats aujourd’hui
La persistance de l’utilisation de « listes noires »
Les licenciements ou mises à pied de syndicalistes
L’empêchement syndical
La marginalisation des syndicats
Le lobbying réglementaire

Aperçu du texte

Le lundi 8 février 2016, l’Union of Construction, Allied Trades and Technicians (UCATT), un syndicat britannique de travailleurs du secteur de la construction, obtient 5,6 millions de livres sterling (GBP) de dommages et intérêts pour 71 maçons et charpentiers qui ne trouvaient pas d’emploi depuis des années parce que leur nom figurait sur une liste noire secrète de militants syndicaux. Le mardi 9 février 2016, le Daily Mirror, un quotidien grand public favorable au parti travailliste, utilise son éditorial pour lancer un appel en faveur de l’ouverture d’« une enquête publique sur les soupçons de collusion entre les pouvoirs publics, la police et les services de sécurité d’une part et les entreprises véreuses d’autre part. Le risque que la pratique des listes noires continue n’est pas écarté ». Ce même mardi, cent éboueurs de Coventry cessent le travail, entamant une grève sauvage pour protester contre le traitement réservé à leur représentant syndical, adhérent du syndicat Unite et...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Steve Jefferys, « Des syndicalistes britanniques toujours blacklistés ! », Travail et Emploi, 146 | 2016, 17-49.

Référence électronique

Steve Jefferys, « Des syndicalistes britanniques toujours blacklistés ! », Travail et Emploi [En ligne], 146 | avril-juin 2016, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 25 avril 2017. URL : http://travailemploi.revues.org/7081 ; DOI : 10.4000/travailemploi.7081

Haut de page

Droits d’auteur

© La documentation française

Haut de page
  • Revues.org