Navigation – Plan du site

Répression syndicale et « syndicalisme maison » en Espagne

Une analyse socio-historique du secteur du commerce
Union-Busting and Company Unions in Spain. A Socio-Historical Analysis of the Retail Sector
Enrique Martin-Criado et Pilar Carvajal-Soria
p. 75-100

Résumés

La répression syndicale et les syndicats maison sont très répandus dans les grandes surfaces commerciales en Espagne. Leur objectif est d’assurer un fort contrôle de l’entreprise sur les travailleurs. Deux éléments sont essentiels pour comprendre le rôle de ces syndicats. En premier lieu, l’organisation du travail est fondée sur un système autoritaire de dons et contre-dons : la plupart des améliorations de conditions de travail sont présentées par la direction comme des contre-dons discrétionnaires en échange de la soumission et de la disponibilité des employés. La faible codification des situations de travail permet de sanctionner les employés proches des syndicats qui sont opposés à la direction, ce qui assure l’hégémonie des syndicats maison. En second lieu, les luttes autour des horaires – principal enjeu du contrôle de la force de travail dans les grandes surfaces commerciales – sont centrales pour comprendre l’implantation et l’activité de ces syndicats, qui ont réussi à imposer une forte flexibilisation du temps de travail dans les conventions collectives.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

L’émergence d’un modèle de relations sociales à El Corte Inglés
Premières élections syndicales et naissance des syndicats maison
Répression syndicale contre les syndicats « ennemis » et contrôle de la main-d’œuvre
La diffusion des syndicats maison dans les grandes enseignes du secteur
Pénétration de la Fetico dans les hypermarchés, une diffusion du contrôle observé à El Corte Inglés
Le rôle des syndicats maison dans le contrôle des conventions collectives
Le temps : enjeu crucial dans le secteur du commerce
La guerre des dimanches à El Corte Inglés
Le conflit autour de la loi sur la conciliation

Aperçu du texte

Carmen a commencé à travailler dans les services financiers – gestion de prêts et d’assurances pour les clients – d’un hypermarché en Andalousie en 1995. Elle n’a alors aucune expérience syndicale. Comme elle s’entend très bien avec ses collègues, un délégué du syndicat Fetico lui propose un jour de poser sa candidature aux élections. Elle accepte, est élue et devient déléguée. Pendant plusieurs années son mandat se limite à résoudre les problèmes quotidiens de ses collègues de travail. Au fur et à mesure qu’elle se forme à la législation du travail, Carmen comprend que les responsables de la Fetico l’empêchent de déposer des plaintes contre l’entreprise ou d’informer les salariés sur leurs droits. Malgré ces problèmes, elle devient responsable syndicale dans son établissement et participe aux réunions avec la direction. Elle y est témoin d’arrangements entre le syndicat et la direction : alors que la direction dicte à Fetico les revendications qu’il peut porter, les responsables de...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Enrique Martin-Criado et Pilar Carvajal-Soria, « Répression syndicale et « syndicalisme maison » en Espagne », Travail et Emploi, 146 | 2016, 75-100.

Référence électronique

Enrique Martin-Criado et Pilar Carvajal-Soria, « Répression syndicale et « syndicalisme maison » en Espagne », Travail et Emploi [En ligne], 146 | avril-juin 2016, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://travailemploi.revues.org/7022 ; DOI : 10.4000/travailemploi.7022

Haut de page

Auteurs

Enrique Martin-Criado

Universidad Pablo de Olavide (Séville, Espagne), département de sociologie ; martincriado@gmail.com

Pilar Carvajal-Soria

Desigualdad Social y Dominación en Andalucía (Groupe de recherche, « Inégalité sociale et domination en Andalousie ») ; carvajalpl@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© La documentation française

Haut de page
  • Revues.org