Skip to navigation – Site map

Répression syndicale et « syndicalisme maison » en Espagne

Une analyse socio-historique du secteur du commerce
Union-Busting and Company Unions in Spain. A Socio-Historical Analysis of the Retail Sector
Enrique Martin-Criado and Pilar Carvajal-Soria
p. 75-100

Abstracts

Union busting and company unions are common among big retailers in Spain. Their objective is to assure a strong control of the labour force. Two elements are central to understand the role of company unions in these enterprises. In the first place, the organization of work, based upon an “authoritarian system of gift to gift” : the direction presents most of the working conditions improvements as discretional gifts in exchange of the workers’ submission and availability. This weak codification of working conditions is used to punish the workers who approach the “wrong” trade unions and to support the company unions. In the second place, the importance of workers’ schedules–which is the main concern in the control of the labour force in big retail : company unions have allowed a strong flexibilization of schedules in the collective bargaining.

Top of page

Excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2020.
Read it

Outline

L’émergence d’un modèle de relations sociales à El Corte Inglés
Premières élections syndicales et naissance des syndicats maison
Répression syndicale contre les syndicats « ennemis » et contrôle de la main-d’œuvre
La diffusion des syndicats maison dans les grandes enseignes du secteur
Pénétration de la Fetico dans les hypermarchés, une diffusion du contrôle observé à El Corte Inglés
Le rôle des syndicats maison dans le contrôle des conventions collectives
Le temps : enjeu crucial dans le secteur du commerce
La guerre des dimanches à El Corte Inglés
Le conflit autour de la loi sur la conciliation

First lines

Carmen a commencé à travailler dans les services financiers – gestion de prêts et d’assurances pour les clients – d’un hypermarché en Andalousie en 1995. Elle n’a alors aucune expérience syndicale. Comme elle s’entend très bien avec ses collègues, un délégué du syndicat Fetico lui propose un jour de poser sa candidature aux élections. Elle accepte, est élue et devient déléguée. Pendant plusieurs années son mandat se limite à résoudre les problèmes quotidiens de ses collègues de travail. Au fur et à mesure qu’elle se forme à la législation du travail, Carmen comprend que les responsables de la Fetico l’empêchent de déposer des plaintes contre l’entreprise ou d’informer les salariés sur leurs droits. Malgré ces problèmes, elle devient responsable syndicale dans son établissement et participe aux réunions avec la direction. Elle y est témoin d’arrangements entre le syndicat et la direction : alors que la direction dicte à Fetico les revendications qu’il peut porter, les responsables de...

Top of page

References

Bibliographical reference

Enrique Martin-Criado and Pilar Carvajal-Soria, « Répression syndicale et « syndicalisme maison » en Espagne », Travail et Emploi, 146 | 2016, 75-100.

Electronic reference

Enrique Martin-Criado and Pilar Carvajal-Soria, « Répression syndicale et « syndicalisme maison » en Espagne », Travail et Emploi [Online], 146 | avril-juin 2016, Online since 01 April 2018, connection on 29 June 2017. URL : http://travailemploi.revues.org/7022 ; DOI : 10.4000/travailemploi.7022

Top of page

About the authors

Enrique Martin-Criado

Universidad Pablo de Olavide (Séville, Espagne), département de sociologie ; martincriado@gmail.com

Pilar Carvajal-Soria

Desigualdad Social y Dominación en Andalucía (Groupe de recherche, « Inégalité sociale et domination en Andalousie ») ; carvajalpl@gmail.com

Top of page

Copyright

© La documentation française

Top of page
  • Revues.org