Navigation – Plan du site

Une lutte syndicale exemplaire chez Peugeot-Sochaux (1995-2000)

La remise en cause d’un système discriminatoire
An Exemplary Trade-Union Fight at Peugeot-Sochaux (1995-2000). Reconsideration of a Discriminatory System
Nicolas Hatzfeld
p. 173-196

Résumés

À la fin des années 1990, des ouvriers professionnels de Peugeot-Sochaux, syndicalistes de la CGT, engagent un combat judiciaire pour faire condamner la discrimination professionnelle dont ils sont victimes depuis longtemps. Par quelques procédures successives qui élargissent ce combat, ces syndicalistes, aidés par des juristes et des avocats acquis à leur cause, parviennent à démontrer le caractère systématique de la discrimination et son lien avec leurs attaches syndicales. Leur succès permet de mettre à mal la politique de répression syndicale installée chez Peugeot depuis plus de trois décennies. Au sein du syndicalisme local, il s’accompagne de débats nouveaux sur l’articulation entre parcours professionnel et engagement syndical. Leur réussite fait également école au sein du mouvement syndical.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Des procédures judiciaires complémentaires
De la démonstration probante de cas exemplaires de discrimination…
… à la mise en lumière d’un système
Mise à mal d’une dynamique répressive

Aperçu du texte

À la fin des années 1990, des militants du syndicat CGT (Confédération générale du travail) de l’usine Peugeot-Sochaux engagent contre leur entreprise une série de procédures judiciaires afin de faire reconnaître, cesser et réparer la discrimination qui les frappe depuis plusieurs décennies. Ils n’en sont pas à leur première tentative, mais cette fois les juges successifs leur donnent raison, si bien que la direction de PSA finit par rompre avec sa tradition d’intransigeance et négocie des accords. Sont ainsi indemnisées les pertes de rémunération cumulées et corrigées des situations professionnelles longtemps bloquées sans justification. Le retentissement est grand dans une région où l’usine de Sochaux constitue le pôle principal d’un ample bassin d’activité et d’emploi : l’hégémonie de l’entreprise est soudain battue en brèche. À l’échelle nationale, les représentants patronaux et syndicaux sont d’autant plus sous le choc que la direction de Peugeot-Sochaux – la plus grande usine ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Hatzfeld, « Une lutte syndicale exemplaire chez Peugeot-Sochaux (1995-2000) », Travail et Emploi, 145 | 2016, 173-196.

Référence électronique

Nicolas Hatzfeld, « Une lutte syndicale exemplaire chez Peugeot-Sochaux (1995-2000) », Travail et Emploi [En ligne], 145 | janvier-mars 2016, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 22 mars 2017. URL : http://travailemploi.revues.org/6923 ; DOI : 10.4000/travailemploi.6923

Haut de page

Auteur

Nicolas Hatzfeld

Université d’Évry Val d’Essonne, Institutions et dynamiques historiques de l’économie et de la société (IDHES) ; nicolas.hatzfeld@univ-evry.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© La documentation française

Haut de page
  • Revues.org