Navigation – Plan du site

Formation et identité syndicale à la CFE-CGC

L’entreprise comme espace de référence
Trade Union Identity and Training in the CFE-CGC. The Company as a Reference Model
Corinne Delmas
p. 31-59

Résumés

Instrument de transmission de valeurs, de savoir-faire, voire de savoir-être, la formation permet d’éclairer l’engagement syndical et la socialisation militante. Elle révèle également, en tant qu’outil de légitimation, les « effets de rhétorique » des syndicats, ainsi que le décalage entre les discours confédéraux et les pratiques. L’étude des stages proposés par la CFE-CGC montre les spécificités, l’activité et l’identité de cette organisation dans le paysage syndical français. De nature essentiellement pragmatique, les formations observées nous semblent constituer davantage un lieu de transmission de « savoir-faire » que d’acculturation militante. Face aux défis du renouvellement syndical et de la réforme de la représentativité, la CFE-CGC est confrontée à d’importants enjeux organisationnels de développement. La professionnalisation, l’essor d’un syndicalisme d’adhérents et l’émergence de la figure du manager attestent à la fois d’évolutions affectant l’ensemble de l’espace syndical et de la singularité d’un engagement ayant l’entreprise comme espace de référence.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Un syndicalisme qui fait la promotion du professionnalisme
Une offre croissante de formation
Le professionnalisme en tant que valeur distinctive
Quand les engagements professionnel et syndical s’entremêlent
La reconversion professionnelle des militants
Un syndicalisme d’adhérents
Une politique de syndicalisation
Le développement personnel
La promotion de la figure du manager-négociateur
L’utilisation de techniques managériales et de coaching
L’apprentissage de la négociation

Aperçu du texte

Issue de l’union en 1944 de plusieurs amicales et syndicats d’ingénieurs, chefs de services et techniciens, la Confédération générale des cadres (CGC) contribue depuis lors à faire exister le groupe des « cadres » (Boltanski, 1982) en promouvant des institutions et formations spécifiques. Un Centre économique et social de perfectionnement des cadres et ingénieurs est ainsi créé dès 1951 par la Fédération nationale des syndicats d’ingénieurs et de cadres (FNSIC) ; la Fédération interprofessionnelle des agents de maîtrise, techniciens et assimilés (FIATA) inaugure quant à elle des centres analogues en 1956 afin de « faciliter l’adaptation des cadres moyens aux exigences modernes de l’économie productive de l’entreprise ». Les formations prodiguées dans ces centres, parce qu’elles sont ouvertes à tous, se distinguent des formations syndicales que la CGC met par la suite en place à destination des seuls syndiqués, « militants syndicaux [qui] ne sont pas des professionnels du syndicalism...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Corinne Delmas, « Formation et identité syndicale à la CFE-CGC », Travail et Emploi, 144 | 2015, 31-59.

Référence électronique

Corinne Delmas, « Formation et identité syndicale à la CFE-CGC », Travail et Emploi [En ligne], 144 | octobre-décembre 2015, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 20 août 2017. URL : http://travailemploi.revues.org/6775 ; DOI : 10.4000/travailemploi.6775

Haut de page

Auteur

Corinne Delmas

Université Lille 2 ; Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales (Ceraps) ; corinne.delmas@univ-lille2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© La documentation française

Haut de page
  • Revues.org