Navigation – Plan du site

Le temps des coachs ?

Trajectoires typiques d’une figure du « nouvel esprit du capitalisme »
Time for coaches? Typical careers of a figure of the “new spirit of capitalism”
Scarlett Salman
p. 59-73

Résumés

Développé aux États-Unis dans les années 1980-1990, rapidement introduit en France, le coaching en entreprise suscite la constitution d’un segment professionnel en plein essor dans l’espace du conseil des années 2000. Dégager les conditions sociales et les raisons qui conduisent un ensemble d’acteurs à se tourner vers cette activité permet de montrer comment se consolide ce nouveau segment professionnel, au-delà de l’action des premiers militants engagés dans sa reconnaissance. Notre enquête dégage deux principales voies d’entrée pour devenir coach : la première comprend d’anciens consultants, formateurs ou psychologues à la trajectoire professionnelle « buissonnante » ; la seconde est le fait de cadres d’entreprise reconvertis après une rupture dans une carrière salariée auparavant linéaire. Le cas du coaching renseigne ainsi sur les affinités électives entre le « nouvel esprit du capitalisme » (Boltanski, Chiapello, 1999) et des trajectoires professionnelles qui soulignent l’attractivité contrainte des formes hybrides d’emploi.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Devenir coach, une opportunité pour des consultants et formateurs aux franges du conseil
Valoriser le parcours éclectique de consultants indépendants
Un rapport contrarié aux études et à l’enseignement
L’attrait pour une nouvelle voie peu réglementée et relationnelle : la figure du « connexionnisme »
Revendiquer son caractère atypique
Le coaching comme opportunité de passage du conseil à la psychothérapie
Face à un projet professionnel contrarié, l’opportunité du conseil en ressources humaines
Critiques croisées du conseil en ressources humaines et du salariat
Devenir coach, une voie de salut pour des cadres en reconversion professionnelle
En amont, la rupture professionnelle
Les effets de rupture durables du licenciement
L’insatisfaction professionnelle
Des cadres plus vulnérables et moins employables ?
Le rôle d’orientation des dispositifs d’accompagnement psychologique
Les promesses d’émancipation du coaching
Un faible « coût » d’entrée
Les « choix » de l’indépendance

Aperçu du texte

Encensés ou décriés, le « nouvel esprit du capitalisme » (Boltanski, Chiapello, 1999) ou les discours de « la nouvelle entreprise » (Sociétés contemporaines, 2013) désignent l’évolution de la littérature managériale dans les années 1990 et les politiques managériales des grandes entreprises dans les années 2000 (dont les maîtres mots sont alors autonomie, flexibilité, projet, évaluation et individualisation des compétences, adaptabilité et employabilité, etc.). Si les consultants, qui portent ces représentations et ces pratiques dans les entreprises, et jouent donc un rôle important dans la structuration du capitalisme, sont de plus en plus étudiés (Henry, 1992, 2012 ; Berrebi-Hoffmann, 2002 ; Kipping, Engwall, 2002 ; Villette, 2003 ; Giraud, 2007 ; Thine et al., 2013), le projecteur est généralement mis sur les consultants des cabinets de conseil, qui sont quantitativement dominants dans le conseil en management, en informatique, en audit et en expertise comptable. Ce faisant, ces ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Scarlett Salman, « Le temps des coachs ? », Travail et Emploi, 143 | 2015, 59-73.

Référence électronique

Scarlett Salman, « Le temps des coachs ? », Travail et Emploi [En ligne], 143 | juillet-septembre 2015, mis en ligne le 01 juillet 2017, consulté le 30 avril 2017. URL : http://travailemploi.revues.org/6713 ; DOI : 10.4000/travailemploi.6713

Haut de page

Auteur

Scarlett Salman

Laboratoire interdisciplinaire sciences, innovations, sociétés (Lisis), université Paris-Est Marne-la-Vallée ; Scarlett.Salman@u-pem.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© La documentation française

Haut de page
  • Revues.org