Navigation – Plan du site

La formation continue : une affaire familiale ?

Individual participation in further education and training: what role for family events?
Vincent Lignon
p. 21-41

Résumés

Existe-t-il un lien statistique entre les changements de situation familiale et l’accès à la formation continue ? Cet article cherche à répondre à cette question à partir d’une analyse empirique effectuée sur les enquêtes Emploi en continu de 2003 à 2012. Si les résultats montrent que les naissances sont associées à une diminution de la probabilité d’être formées pour les femmes, ils suggèrent que l’entrée des enfants dans le système scolaire constitue une opportunité permettant aux individus les plus diplômés d’accroître leur participation aux formations d’entreprise. Les mises en couple et séparations sont par ailleurs associées à des inégalités entre sexes dans l’accès aux formations : la rupture d’une union est négativement corrélée avec la probabilité de suivre une formation d’entreprise, notamment pour les femmes qui ont la garde de leurs enfants. Pour les formations proposées par un organisme de placement, majoritairement à destination des chômeurs, il semble que c’est moins la répartition de la garde des enfants que la situation professionnelle des conjoints au moment de la rupture qui importe.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Dans quelle mesure les événements familiaux peuvent-ils influencer l’accès à la formation continue ?
Situation familiale et accès à la formation continue
Pourquoi s’intéresser aux événements familiaux ? Justifications théoriques d’une approche en termes de life course
Effets potentiels des événements familiaux
Hypothèses sur les mises en couple et les ruptures d’union
Hypothèses sur les naissances
Hypothèses sur l’entrée des enfants à l’école maternelle et primaire
Source et méthode
Exploitation des enquêtes Emploi en continu de 2003 à 2012
Méthode d’analyse
Résultats
Changement de situation conjugale et accès à la formation
Changement de situation parentale et accès à la formation
Les résultats des estimations peuvent-ils être interprétés en termes de causalité ?

Aperçu du texte

La formation continue des individus apparaît dans le débat public comme un des outils majeurs des politiques de l’emploi pour faire face à la montée du chômage et contribuer à une plus grande sécurisation des parcours professionnels (Cerc, 2006 ; Seillier, 2007). Plusieurs réformes du système français ont ainsi eu lieu depuis le début des années 2000 ; toutes vont dans le sens d’une « individualisation » du droit à la formation, qui consiste à rendre les individus acteurs et responsables de leur formation tout au long de leur vie (Dubar, 2008). Cette notion d’« empowerment » des individus (Gautié, Perez, 2010) est particulièrement présente dans la loi du 4 mai 2004 avec la mise en place du droit individuel à la formation (DIF) ou, plus récemment, dans la loi du 5 mars 2014 qui instaure le compte personnel de formation (CPF).

Les analyses qui cherchent à identifier les déterminants de l’accès à la formation sont donc plus que jamais d’actualité. Dans la mesure où les dispositifs visan...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Lignon, « La formation continue : une affaire familiale ? », Travail et Emploi, 143 | 2015, 21-41.

Référence électronique

Vincent Lignon, « La formation continue : une affaire familiale ? », Travail et Emploi [En ligne], 143 | juillet-septembre 2015, mis en ligne le 01 juillet 2017, consulté le 30 avril 2017. URL : http://travailemploi.revues.org/6698 ; DOI : 10.4000/travailemploi.6698

Haut de page

Auteur

Vincent Lignon

Lors de la rédaction de cet article, Vincent Lignon était doctorant au Centre d’économie de la Sorbonne (CES, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et à l’Institut national d’études démographiques (Ined). Il était également associé à l’Edhec Business School. Il occupe désormais un poste d’économiste à la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf) et est associé au CES ; vincent.lignon@cnaf.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© La documentation française

Haut de page
  • Revues.org