Navigation – Plan du site

Devenir professionnel en soins palliatifs

Bifurcations professionnelles, apprentissages et recompositions identitaires
Becoming a palliative care professional. Career shifts, learning and identity reorganizations
Michel Castra et Florent Schepens
p. 53-69

Résumés

Comment décide-t-on de travailler auprès des malades en fin de vie et comment devient-on professionnel en unité de soins palliatifs ? Quels sont les profils des médecins, des infirmiers ou des aides-soignants qui s’engagent dans cet univers de soins particulier ? Cet article cherche à montrer qu’une approche par les trajectoires professionnelles et par la socialisation au travail permet de mieux comprendre les formes d’engagement et de professionnalisation auprès des malades en fin de vie. S’interroger sur les points de bifurcation et les réorientations professionnelles nécessite d’analyser ce qui peut provoquer ces changements dans la carrière. Il ressort de ce travail que la décision de s’impliquer dans les soins palliatifs témoigne avant tout d’une démarche engagée par les acteurs, et de la volonté de rompre avec la situation de travail antérieure ou de s’en distancier.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Entrer dans le soin palliatif
Diversité et spécificités des soins palliatifs
Trajectoires professionnelles et réorganisation biographique
Des trajectoires médicales et paramédicales d’entrée en soins palliatifs
Illusion et réorganisation biographique
Devenir « l’homme de la situation » (Stroobants, 1993)
Le contrôle du recrutement : sélectionner des professionnels aptes à la pratique palliative
Recruter des professionnels expérimentés
Des apprentissages nécessaires pour exercer en USP
Apprentissages spécifiques aux médecins
Apprentissages spécifiques aux paramédicaux
Un apprentissage commun aux différents personnels

Aperçu du texte

S’engager et se définir comme professionnel en soins palliatifs ne va pas de soi. Cette difficulté à occuper une place légitime dans le monde hospitalier tient largement au statut de la mort dans le monde médical : celle-ci est présentée comme l’échec même de la médecine. Si le soin palliatif est, selon les professionnels, une « culture » qui se diffuse à l’hôpital, si le droit oblige à accorder au malade un accès clair à l’information médicale le concernant, l’annonce de l’incurabilité et de la mort prochaine reste problématique pour les médecins. En effet, ces annonces heurtent de front certaines conceptions médicales, telles que la nécessité de préserver le « bon moral » du patient (Soum-Pouyalet et al., 2009), et peuvent être perçues comme des « contre-indication[s] thérapeutique[s] » (Legrand, 2012, p. 55). Le soin palliatif est alors reconnu comme indispensable, car l’accompagnement de la fin de vie tant sur le plan physique que psychique semble être une alternative aux dérive...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Castra et Florent Schepens, « Devenir professionnel en soins palliatifs  », Travail et Emploi, 141 | 2015, 53-69.

Référence électronique

Michel Castra et Florent Schepens, « Devenir professionnel en soins palliatifs  », Travail et Emploi [En ligne], 141 | janvier-mars 2015, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://travailemploi.revues.org/6577 ; DOI : 10.4000/travailemploi.6577

Haut de page

Auteurs

Michel Castra

Université de Lille, Laboratoire CeRIES (Centre de recherche « individus, épreuves, sociétés ») ; michel.castra@univ-lille3.fr

Florent Schepens

Université de Bourgogne, Centre Georges-Chevrier ; florent.schepens@u-bourgogne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© La documentation française

Haut de page
  • Revues.org