Navigation – Plan du site

Le devenir des femmes en chirurgie

La diversité des mondes de socialisation
Women and surgery: diversity in the spheres of socialization
Régine Bercot
p. 37-52

Résumés

Comment expliquer que la chirurgie soit si peu attractive pour les femmes ? Dans quelle mesure leur absence est-elle rédhibitoire ? Les femmes de la génération actuelle entretiennent un rapport au travail très différent de leurs aînées. Majoritaires au concours d’entrée en médecine, elles sont peu attirées par la chirurgie, en tous les cas par certaines spécialités chirurgicales. On peut de fait y distinguer deux « mondes sociaux », se caractérisant par deux ethos différenciés dans lesquels les femmes s’insèrent puis font carrière. Le premier monde, celui de la chirurgie traditionnelle, est incontournable car il est au centre de la formation. D’autres spécialités développent, quant à elles, un ethos alternatif plus favorable à l’entrée des femmes, auxquelles elles ne peuvent toutefois accéder que par la suite. Étant donné les modalités d’un apprentissage effectué sur le mode du compagnonnage, l’accueil fait aux étudiants (externes et internes) et les interactions avec les chirurgiens seniors jouent un rôle essentiel sur l’envie de devenir chirurgien-ne. Nous verrons que les femmes doivent négocier leur identité sociale durant la formation pour se ménager l’aide des seniors et pouvoir supporter ce passage en chirurgie traditionnelle.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Se projeter dans des emplois et des études exigeantes : une trajectoire symbole de l’émancipation des femmes
Des étudiantes puis des femmes brillantes
Redéfinition des rôles familiaux par les jeunes chirurgiennes
La chirurgie viscérale définie comme monde communautaire et les autres chirurgies : quelles dispositions ?
Monde communautaire et ethos
L’attrait d’une fonction : les étapes d’un choix
Des dispositions contrastées selon les mondes sociaux
Être adoubée, condition pour apprendre le métier
L’acquisition des savoirs suppose d’être adoubée
Mal-être au travail dans un monde sexiste
Le jeu entre identité pour soi et identité pour autrui : les modalités de l’accommodation
S’identifier aux valeurs masculines et les revendiquer
Réduire l’impact du regard prédictif d’autrui et l’ignorer
Éviter de couler

Aperçu du texte

L’arrivée des femmes dans les études de médecine a été spectaculaire. Rappelons pourtant que les études de médecine, à l’origine interdites aux femmes, ne s’ouvriront à elles que très progressivement. Leur nombre est si faible jusque dans les années 1950 qu’elles ne représentent pas la moindre concurrence pour les hommes. D’après Anne-Chantal Hardy (2005, p. 35), « après un premier élan à la faveur de la première guerre mondiale, mais surtout au lendemain de la seconde, la féminisation des études médicales s’est opérée dans un contexte d’explosion de la démographie médicale, jusque dans les années soixante-dix ». L’instauration du numerus clausus en 1971 stabilise le nombre d’étudiants admis en études de médecine alors que, dans le même temps, non seulement la proportion de femmes réussissant le concours ne cesse de progresser mais leur rang de classement les place parmi les premières aux épreuves classantes nationales (ECN). L’accès des femmes à ces parcours de prestige constitue u...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Régine Bercot, « Le devenir des femmes en chirurgie », Travail et Emploi, 141 | 2015, 37-52.

Référence électronique

Régine Bercot, « Le devenir des femmes en chirurgie », Travail et Emploi [En ligne], 141 | janvier-mars 2015, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 26 mai 2017. URL : http://travailemploi.revues.org/6563 ; DOI : 10.4000/travailemploi.6563

Haut de page

Auteur

Régine Bercot

Université Paris-8, Cresppa-GTM (Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris – Genre, travail, mobilités) ; EHESP (École des hautes études en santé publique), MOS (Management des organisations de santé) ; reginebercot@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© La documentation française

Haut de page
  • Revues.org