Navigation – Plan du site

Des modalités d’apprentissage brutes et brutales en chirurgie

Teaching surgery: rough and brutal methods
Emmanuelle Zolesio
p. 25-35

Résumés

Rigueur morale de l’apprentissage et apprentissage de la rigueur technique sont indissociables en chirurgie, contribuant à centrer les débuts de formation des internes sur la seule dimension techniciste du métier. Ce n’est que dans un second temps que les chirurgiens apprennent à devenir soignants, notamment auprès d’autres soignants, infirmiers notamment. Mais, dans un premier temps, être socialisé à l’univers chirurgical, c’est inévitablement être socialisé aux rapports hiérarchiques et à la « sacro-sainte » rigueur professionnelle. La rigueur de l’apprentissage, qui passe à la fois par une exigence technique et une pression morale de chaque instant, est telle que l’on peut parler d’apprentissage « par claques » ou d’enseignement « à la dure » que les internes en formation ne manquent pas de ressentir violemment. Il s’agit dans cet article de rendre compte du processus de socialisation que les internes connaissent au cours des stages hospitalo-universitaires, socialisation qui est à la fois brute – s’exprimant avec peu d’euphémisation et de façon peu policée – et brutale – comprenant une part de violence psychologique et/ou verbale ressentie comme telle. À travers l’observation d’interactions in situ, nous verrons les modalités de l’apprentissage chirurgical dans des services hospitalo-universitaires.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article reprend des éléments développés dans un autre article publié dans La revue française de pédagogie, intitulé « La socialisation chirurgicale, un apprentissage “par claques” » (2013, no 184, pp. 95-104) et qui décrivait, dans une perspective comparatiste, les proximités qui existent entre l’apprentissage chirurgical et les autres univers de formation rigoristes que sont le « dressage » de la caserne ou celui des classes préparatoires. Il s’agit davantage dans le présent article d’exposer les spécificités de l’apprentissage brut et brutal de la chirurgie en précisant le rôle prégnant des chefs de service dans cette formation « à la dure » et en comparant, cette fois, cet ethos chirurgical analysé dans le cadre de la chirurgie digestive hospitalo-universitaire avec d’autres spécialités médicales, notamment médico-chirurgicales.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

La chirurgie ou « l’École de la rigueur »
Rigueur pédagogique et apprentissage de la rigueur
Du charisme des chefs de service à la figure des « tyrans »
Un apprentissage qui se fait « par claques »
Des injonctions supposées pousser les internes dans leurs retranchements
Violence psychologique, violence verbale et violence symbolique
Dynamique agonistique des rapports sociaux de sexe
D’autres modalités de socialisation chirurgicales possibles ?
Ethos chirurgical « pur » et ethos alternatif dans les spécialités médico-chirurgicales
Intégrer la dimension du « care » dans sa pratique, une socialisation secondaire

Aperçu du texte

Si les auteurs nord-américains ont bien caractérisé l’ethos chirurgical, fait d’endurance physique et morale, de valeurs viriles et conquérantes, de rigueur professionnelle et de disponibilité permanente (Cassell, 1998 ; Katz, 1999) et si la centralité de la dimension manuelle et de la technicité du métier a fait l’objet de nombreuses analyses et discussions scientifiques (Hirschauer, 1991 ; Peneff, 1997 ; Callon, Rabeharisoa, 1999), il importe aussi de considérer les modalités par lesquelles se transmettent ces manières de faire, dire et penser qui font reconnaître les chirurgiens. Comment s’effectue l’incorporation de ces dispositions ? Quelles sont les injonctions explicites ou implicites qui sont à l’œuvre ? En quoi l’apprentissage chirurgical structure-t-il des « tempéraments » faits d’endurance et quel-le-s sont les candidat-e-s qui ont développé, en amont, les dispositions requises pour « tenir » face à ces modalités d’apprentissage ? Sans négliger les apports théoriques de l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Zolesio, « Des modalités d’apprentissage brutes et brutales en chirurgie », Travail et Emploi, 141 | 2015, 25-35.

Référence électronique

Emmanuelle Zolesio, « Des modalités d’apprentissage brutes et brutales en chirurgie », Travail et Emploi [En ligne], 141 | janvier-mars 2015, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 25 avril 2017. URL : http://travailemploi.revues.org/6553 ; DOI : 10.4000/travailemploi.6553

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Zolesio

Laboratoire ACTé (Activité, connaissance, transmission, éducation ; EA 4281, Clermont-Ferrand) ; Centre Max-Weber (UMR 5283, Lyon) ; emmanuelle.zolesio@ens-lyon.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© La documentation française

Haut de page
  • Revues.org