Navigation – Plan du site

La formation de l’objet du travail médical

L’exemple de la médecine générale et de la gynécologie obstétrique
The shaping of the medical work object: the example of general medicine and obstetrics
Anne-Chantal Hardy
p. 9-24

Résumés

L’objet du travail peut être défini par ce qui donne du sens à une activité, compris à la fois comme sa direction et sa signification. Est-il possible de caractériser un objet commun du travail médical pour l’ensemble de la profession, dans un contexte où tous les médecins sont spécialistes et exercent des métiers très différents ? Après une interrogation sur l’objet du travail et les différentes façons de l’interroger, l’auteure tente de se saisir de la partie commune de cet objet, celle qui s’enseigne durant les six premières années d’études. Dans un second temps, l’étude de deux spécialités médicales, la médecine générale et la gynécologie obstétrique, montre deux formes d’évolutions différentes des objets du travail médical, fortement articulées à leur formation. Cela permet une problématisation de l’articulation entre formation pratique et formation théorique qui pourrait s’appliquer à l’ensemble des métiers de la santé, voire au-delà.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

L’objet du travail médical saisi par sa formation
Partir de l’objet du travail
Quel est l’objet du travail médical ?
La combinaison formation / sélection
L’articulation théorie / pratique
L’opposition général / spécialisé
La formation d’objets spéciaux
La médecine générale : une spécialisation par la formation
Une spécialisation de forme
Une spécialité anomique ?
L’obstétrique : la formation d’un objet risqué
Une filière aux frontières mouvantes
Guérir un risque

Aperçu du texte

On a tous, quelque part dans nos souvenirs, au moins une scène en tête : qu’il s’agisse de Charcot présentant une hystérique à ses confrères, d’images d’opérations chirurgicales ou de dissections de cadavres effectuées au beau milieu d’un amphithéâtre, la formation médicale se représente à travers une pratique montrée et regardée. Hospitalisés à notre tour et faisant l’expérience de la troupe d’étudiants pénétrant notre chambre derrière « le professeur », nous nous disons que c’est peut-être cela qu’« apprendre au lit du malade » signifie.

Comment comprendre précisément cette expression : « au lit du malade » ? Les médecins se forment auprès des lits d’hôpitaux, mais se forment-ils vraiment à partir du malade lui-même ? Est-ce le malade qui fournit la matière de l’enseignement ou est-elle faite d’autre chose ? Qu’apprend-on à voir aux étudiants, en leur « montrant » des malades ?

Pour Eliot Freidson (1970, p. 172), observant l’exercice de la médecine dans des cabinets américains de l’...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Chantal Hardy, « La formation de l’objet du travail médical », Travail et Emploi, 141 | 2015, 9-24.

Référence électronique

Anne-Chantal Hardy, « La formation de l’objet du travail médical », Travail et Emploi [En ligne], 141 | janvier-mars 2015, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 28 mars 2017. URL : http://travailemploi.revues.org/6545 ; DOI : 10.4000/travailemploi.6545

Haut de page

Auteur

Anne-Chantal Hardy

Droit et changement social (UMR CNRS 6297), université de Nantes ; anne-chantal.hardy@univ-nantes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© La documentation française

Haut de page
  • Revues.org