Navigation – Plan du site

Une instrumentalisation du RSA par les employeurs ?

Le RSA à l’épreuve des pratiques de recrutement et de gestion de la main-d’œuvre
Are employers instrumenting the minimum income guarantee? The active solidarity income (RSA) and employers’ management and recruitment practices
Mathieu Béraud, Anne Eydoux, Émilie Fériel et Jean-Pascal Higelé
p. 49-65

Résumés

Cet article part d’un débat concernant l’impact éventuel de la mise en œuvre du RSA sur la demande de travail et les pratiques des entreprises : le dispositif est-il neutre ou risque-t-il d’inciter les employeurs à développer des emplois de mauvaise qualité (bas salaires, temps partiels courts) ? À partir d’une enquête qualitative menée auprès d’une quinzaine d’établissements, l’article interroge la connaissance qu’ont les employeurs du dispositif et la manière dont, le cas échéant, ils l’intègrent à leurs pratiques de gestion de la main-d’œuvre. Il montre que le débat autour de l’impact du RSA sur la demande de travail recouvre un malentendu quant au travail non qualifié : les employeurs n’instrumentalisent pas le RSA parce qu’ils ont à leur disposition d’autres instruments de baisse des coûts, mais aussi parce qu’ils recherchent chez leurs salariés des qualités précises, dont ils pensent souvent que les allocataires sont dépourvus.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

La question de l’impact du RSA sur la demande de travail
Demande de travail et soutien au revenu des travailleurs pauvres
L’impact du RSA sur les pratiques des employeurs en débat
Trancher le débat ?
Des « effets pervers » du RSA sur les pratiques des employeurs ?
Le RSA, dispositif méconnu des employeurs
Des stratégies de réduction des coûts privilégiant d’autres dispositifs
Le RSA, ingrédient marginal de la responsabilité sociale de l’entreprise
Les raisons du désintérêt des employeurs pour les allocataires du RSA
Recrutement : l’obsession du « bon profil »
Le stigmate du travailleur sans qualité

Aperçu du texte

Le revenu de solidarité active (RSA) a fusionné et remplacé en juin 2009 le revenu minimum d’insertion (RMI), principal minimum social, et l’allocation de parent isolé (API). Selon son promoteur Martin Hirsch, tout comme le RMI répondait à la nouvelle pauvreté des années 1980 issue du chômage de masse, le RSA se devait de résoudre la « nouvelle équation sociale » de la pauvreté laborieuse (Hirsch, 2005, 2006). Le dispositif est un minimum social destiné aux ménages pauvres et calculé en fonction des ressources et de la composition du ménage concerné. Il comprend une allocation de base (le RSA socle) et un mécanisme d’intéressement à l’emploi (le RSA activité). Le nouveau calcul est censé supprimer les effets de seuil qui subsistaient dans les mécanismes d’intéressement antérieurs, et rendre toute situation de reprise d’emploi durablement payante (le cumul entre allocation et revenu d’activité n’est plus limité dans le temps). Par ailleurs, le mécanisme d’intéressement ne concerne pa...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Béraud, Anne Eydoux, Émilie Fériel et Jean-Pascal Higelé, « Une instrumentalisation du RSA par les employeurs ? », Travail et Emploi, 140 | 2014, 49-65.

Référence électronique

Mathieu Béraud, Anne Eydoux, Émilie Fériel et Jean-Pascal Higelé, « Une instrumentalisation du RSA par les employeurs ? », Travail et Emploi [En ligne], 140 | octobre-décembre 2014, mis en ligne le 01 octobre 2016, consulté le 24 juin 2017. URL : http://travailemploi.revues.org/6500 ; DOI : 10.4000/travailemploi.6500

Haut de page

Auteurs

Mathieu Béraud

2L2S-GREE (Laboratoire lorrain de sciences sociales – Groupe de recherche sur l’éducation et l’emploi), Centre associé Céreq (Centre d’études et de recherche sur les qualifications) et MSH Lorraine (Maison des sciences de l’homme), université de Lorraine ; mathieu.beraud@univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Anne Eydoux

Centre d’études de l’emploi, Ciaphs – université Rennes-2 (Centre interdisciplinaire d’analyse des processus humains et sociaux) ; anne.eydoux@cee-recherche.fr

Articles du même auteur

Émilie Fériel

2L2S-GREE, Centre associé Céreq et MSH Lorraine, université de Lorraine ; emilie.feriel@univ-lorraine.fr

Jean-Pascal Higelé

2L2S-GREE, Centre associé Céreq et MSH Lorraine, université de Lorraine ; jean-pascal.higele@univ-lorraine.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© La documentation française

Haut de page
  • Revues.org