Navigation – Plan du site

Santé précaire et transformation de la médecine du travail

Precarious health and changes in occupational medicine
Gabrielle Lecomte-Ménahès
p. 35-47

Résumés

À partir d’une enquête ethnographique et archivistique, cet article analyse un processus invisibilisé par la réforme en cours des services de santé au travail : la précarisation sanitaire des salariés rencontrés par les médecins du travail. La réorganisation et la démédicalisation des services provoquent la concentration des pratiques médicales sur ce public. Le suivi, plus long, des malades cantonne les médecins dans la gestion de problèmes de santé déclarés, ce qui les éloigne de leur mission première : empêcher la survenance d’accidents ou de maladies professionnels – mission désormais transférée aux professionnels pluridisciplinaires des services.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

L’ouverture à la « pluridisciplinarité »
De la médecine du travail à la santé au travail
Une division du travail de prévention
La réorganisation de l’activité des médecins du travail : vers une prise en charge accrue de la santé précaire…
Un suivi plus irrégulier des salariés
Des différences de public selon les visites
...Qui induit une transformation de leurs pratiques de travail
Renforcement du rôle de suivi des malades
Des pratiques ajustées aux catégories administratives

Aperçu du texte

La loi de 2002 dite « de modernisation sociale » amorce une réforme orientant la médecine du travail vers la « santé au travail ». Cette politique, qui passe par l’ouverture à la « pluridisciplinarité » des services de médecine du travail, se poursuit jusqu’aux décrets d’application parus en 2012. Les médecins du travail s’inquiètent de ces évolutions et s’interrogent sur l’avenir de leur profession et sur la répartition du travail de prévention entre les nouveaux professionnels recrutés et eux-mêmes. La focalisation sur la mise en place de la « pluridisciplinarité » et sur ses conséquences sur l’activité médicale occulte cependant un autre phénomène qui explique de manière tout aussi déterminante les changements de pratiques des médecins : la prise en charge croissante de salariés exposés à de mauvaises conditions d’emploi et de travail. La sociologie de la santé s’est largement intéressée à l’influence de la transformation du public sur les pratiques médicales : que ce soit par ex...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gabrielle Lecomte-Ménahès, « Santé précaire et transformation de la médecine du travail », Travail et Emploi, 140 | 2014, 35-47.

Référence électronique

Gabrielle Lecomte-Ménahès, « Santé précaire et transformation de la médecine du travail », Travail et Emploi [En ligne], 140 | octobre-décembre 2014, mis en ligne le 01 octobre 2016, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://travailemploi.revues.org/6490

Haut de page

Auteur

Gabrielle Lecomte-Ménahès

Centre nantais de sociologie ; Gabrielle.Lecomte-Menahes@univ-nantes.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© La documentation française

Haut de page
  • Revues.org