Navigation – Plan du site

L’activité réduite en France

Effet d’enfermement et effet tremplin
Subsidized temporary jobs in France: lock-in and stepping stone effects
Florent Fremigacci et Antoine Terracol
p. 25-37

Résumés

Cet article évalue l’impact de l’activité réduite – un dispositif qui permet aux demandeurs d’emploi de cumuler une partie de leur allocation de retour à l’emploi avec les revenus salariaux issus d’une activité à temps partiel – sur les transitions du chômage vers l’emploi. À l’aide de données administratives issues de l’ANPE et de l’Unedic, nos estimations indiquent la présence à la fois d’un effet d’enfermement durant la période d’activité réduite et d’un effet tremplin lorsque cette dernière est achevée. Puisque les individus les moins incités financièrement à exercer une activité réduite – i. e. ceux qui ont un fort taux de taxation implicite – sont davantage encouragés à s’auto-sélectionner dans des activités réduites de meilleure qualité, nous trouvons également qu’un fort taux de taxation implicite réduit l’effet d’enfermement, et renforce l’effet tremplin. Des simulations soulignent que l’effet d’enfermement commence par dominer, mais que l’effet global finit par devenir positif. Des pistes d’amélioration du dispositif sont alors pointées.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Le dispositif d’activité réduite et les effets attendus
Présentation du dispositif
Quels sont les effets attendus du dispositif ?
Présentation des données et de la stratégie empirique
Utilisation d’un modèle de durée multivarié
Durée de chômage, entrée dans le traitement et durée dans le traitement
Récurrence du chômage
Censure non aléatoire
Épisodes multiples
Spécification de la distribution d’hétérogénéité
Mise en œuvre
Résultats et simulations
Un taux de taxation élevé limite le recours au dispositif mais améliore son efficacité
L’effet global de l’activité réduite sur le retour en emploi est positif mais faible

Aperçu du texte

L’efficacité du marché du travail dépend notamment de la qualité de l’appariement entre demandeurs d’emploi et emplois disponibles. Or cette dernière n’est pas connue ex ante, mais est révélée au fur et à mesure de la relation d’emploi (Jovanovic, 1979). L’idée selon laquelle un meilleur appariement pourrait être obtenu une fois que les demandeurs d’emploi ont occupé des emplois temporaires leur permettant ainsi de se constituer une expérience professionnelle, a récemment été étudiée (Loh, 1994 ; Nagypal, 2001 ; Boockmann, Hagen, 2008). Les contrats à durée déterminée pourraient donc faciliter de futurs appariements sur le marché du travail et opérer comme des « tremplins » vers l’emploi permanent.

Afin d’améliorer l’insertion des demandeurs d’emploi sur le marché du travail, des politiques de paiements partiels d’allocations-chômage ont été mises en œuvre dans de nombreux pays européens ainsi qu’en Amérique du Nord. Leur objectif est de faire en sorte que les demandeurs d’emploi ne ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florent Fremigacci et Antoine Terracol, « L’activité réduite en France », Travail et Emploi, 139 | 2014, 25-37.

Référence électronique

Florent Fremigacci et Antoine Terracol, « L’activité réduite en France », Travail et Emploi [En ligne], 139 | juillet-septembre 2014, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://travailemploi.revues.org/6410 ; DOI : 10.4000/travailemploi.6410

Haut de page

Auteurs

Florent Fremigacci

EconomiX, Université Paris-Ouest Nanterre-La Défense ; florent.fremigacci@u-paris10.fr

Antoine Terracol

Paris School of Economics (PSE) ; Centre d’économie de la Sorbonne (CES), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; Maison des sciences économiques ; antoine.terracol@univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© La documentation française

Haut de page
  • Revues.org