Navigation – Plan du site

La lutte, et après ?

Une association de salariés licenciés, entre mobilisations collectives et action sociale
Fighting, what next? An organization of laid-off workers, between collective and community action
Olivier Baisnée, Anne Bory et Bérénice Crunel
p. 85-98

Résumés

Cinq ans après la fin d’une lutte collective longue et très médiatisée contre la fermeture d’une usine rurale de connectique du Sud-Ouest de la France, sous-traitante de l’automobile, cet article questionne l’évolution dans le temps du rôle joué par l’association de soutien créée par ses anciens ouvriers. Juste après la fermeture en 2009, le local de cette association devient un lieu où perdure la sociabilité apparue durant la grève et où sont élaborées les actions permettant le maintien de la mobilisation et la conduite de la lutte judiciaire qui s’engage devant le tribunal des prud’hommes. L’association est aussi un lieu d’échanges et de réflexions où, au contact de responsables syndicaux (majoritairement CGT), un certain nombre de salariés non militants entreprennent l’élaboration et l’activation de schèmes politiques autour de la globalisation économique, de la place des ouvriers dans le système productif ou encore des pouvoirs publics nationaux. Cependant, avec l’émergence de nouvelles préoccupations matérielles (chercher un emploi, négocier une mutuelle collective, protéger les plus isolés), les activités de l’association se déplacent progressivement vers l’action sociale, sans pour autant se déconnecter du devenir de l’usine (partiellement réouverte). Les débats liés à cette cohabitation et cette intrication, entre prestation de services individuels et vocation initiale de maintien d’un groupe combatif décidé à lutter pour l’emploi, relèvent tout autant de visions divergentes quant au rôle d’une association d’ex-salariés licenciés que de l’évolution du collectif dans le temps.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Une association dans la (dis)continuité de « la lutte » ?
Ce que lutter veut dire : interprétations du conflit et (dés)investissements militants
Donner à voir un collectif toujours « en lutte »
Au-delà de la lutte, l’association au quotidien : entretien des sociabilités et action sociale
Organiser une sociabilité festive
L’association comme siège de l’action sociale
Un espace persistant de réflexion et de mobilisation politique
Les procès, les médias, les meetings : des espaces de réactivation de la mobilisation politique
L’association, un local de déploiement syndical ?

Aperçu du texte

En septembre 2009, l’usine de connectique automobile Molex, située à Villemur-sur-Tarn, une petite commune rurale du Sud-Ouest de la France, à 45 kilomètres de Toulouse, ferme définitivement ses portes. Onze mois plus tôt, la direction américaine du groupe Molex avait annoncé cette fermeture, suscitant la réaction immédiate des représentants syndicaux et d’une majorité des 280 salariés de l’usine. Une mobilisation multiforme – recours aux tribunaux, grève perlée, piquets, manifestations locales, régionales et parisiennes – et très médiatisée (d’abord dans la presse locale, puis dans les journaux télévisés et les quotidiens nationaux) se met en place pour empêcher la fermeture de cette usine qui occupe un rôle central dans le tissu économique local et les équilibres économiques familiaux depuis la fin de la seconde guerre mondiale (voir encadré 1). Une association, Solidarité Molex, est créée quelques semaines avant la fermeture, en août 2009, afin de recevoir les dons effectués depu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Baisnée, Anne Bory et Bérénice Crunel, « La lutte, et après ?  », Travail et Emploi, 138 | 2014, 85-98.

Référence électronique

Olivier Baisnée, Anne Bory et Bérénice Crunel, « La lutte, et après ?  », Travail et Emploi [En ligne], 138 | avril-juin 2014, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 26 juin 2017. URL : http://travailemploi.revues.org/6356 ; DOI : 10.4000/travailemploi.6356

Haut de page

Auteurs

Olivier Baisnée

Laboratoire des sciences sociales du politique (LaSSP), Institut d’études politiques (IEP) Toulouse ; olivier.baisnee@gmail.com

Anne Bory

Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques (Clersé), Université Lille 1 ; anne_bory@yahoo.fr

Articles du même auteur

Bérénice Crunel

LaSSP, IEP Toulouse ; berenice.crunel@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© La documentation française

Haut de page
  • Revues.org