Navigation – Plan du site

La déstabilisation des stables :

Restructuration financière et travail insoutenable
Destabilizing the steady ones: financial restructuring and unbearable work situations
Coralie Perez
p. 37-52

Résumés

Depuis les années 1990 et l’avènement d’un régime d’accumulation tiré par la finance, les entreprises sont en proie à des restructurations financières qui déstabilisent les relations d’emploi. Loin d’être réductibles aux licenciements économiques collectifs, les effets des restructurations financières portent aussi sur les conditions et les vécus du travail. À partir d’entretiens conduits avec des salariés ayant connu une rupture de leur contrat de travail (subie ou « choisie ») dans un contexte de restructuration financière, cette contribution met en lumière un vécu partagé du processus qui conduit à la rupture (un travail devenu insoutenable) mais des modalités de rupture (licenciement pour motif économique ou pour motif personnel, démission) qui sont contingentes. Dans ces contextes, la rupture est souvent vécue comme une épreuve susceptible de transformer durablement le rapport au travail et à l’emploi.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Appréhender les effets des restructurations financières sur l’emploi : une approche socio-économique
Des restructurations financières déstabilisatrices de la main-d’œuvre
Restructurations : le travail mis à mal
La rupture (volontaire ou non) du contrat de travail : le résultat d’un processus d’exit face à l’insoutenabilité du travail
Les restructurations financières : des changements brutaux, complexes et facteurs d’insécurité
Une dégradation ressentie des conditions de travail
Perte de sens du travail et atteinte à la santé
Le caractère contingent de la modalité juridique de la rupture

Aperçu du texte

La pression concurrentielle soumet les entreprises à un processus permanent de réorganisations et de changements de nature et d’ampleur diverses (Greenan et al., 2010). Parmi ces changements, les restructurations, souvent associées à des destructions d’emplois, constituent des événements majeurs de la vie des entreprises. Selon Rachel Beaujolin-Bellet (2010), on peut distinguer les « restructurations de crise » des « restructurations de compétitivité » : les premières seraient justifiées par une baisse de l’activité ou de la rentabilité nécessitant des changements structurels afin de préserver la pérennité de l’entreprise ; en revanche, les motivations des « restructurations de compétitivité » tiendraient moins à des difficultés économiques qu’au souhait de dégager des marges financières supérieures à court ou moyen terme. Pour cela, les entreprises procèdent à des opérations de transferts d’actifs qui peuvent prendre de nombreuses formes (fusion, acquisition, cession, rachat) que n...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Coralie Perez, « La déstabilisation des stables :  », Travail et Emploi, 138 | 2014, 37-52.

Référence électronique

Coralie Perez, « La déstabilisation des stables :  », Travail et Emploi [En ligne], 138 | avril-juin 2014, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 26 juin 2017. URL : http://travailemploi.revues.org/6328 ; DOI : 10.4000/travailemploi.6328

Haut de page

Auteur

Coralie Perez

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’économie de la Sorbonne ; coralie.perez@univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© La documentation française

Haut de page
  • Revues.org