Navigation – Plan du site

Carrières de licencié.e.s.

Revenir sur le passé pour saisir les destins des chômeurs de Moulinex
Redundant employees’ careers. Looking at the professional past to understand what became of Moulinex’s redundant workers
Manuella Roupnel-Fuentes
p. 19-36

Résumés

Que sont devenu.e.s les 3 000 Moulinex des cinq usines de Basse-Normandie licencié.e.s en septembre 2001 ? Pour répondre à cette question, nous nous appuyons sur les résultats d’une enquête menée par questionnaires auprès de 830 ancien.ne.s salarié.e.s au cours de l’automne 2003 et par entretiens approfondis. Le traitement statistique montre que la structuration de la main-d’œuvre au sein de Moulinex, fortement segmentée selon le sexe, l’âge et la qualification, se retrouve transposée dans les trajectoires ultérieures sur le marché du travail. La mise en regard du passé professionnel avec les situations retrouvées deux ans après la fin de l’emploi fait émerger trois figures typiques de « carrières » de licencié.e.s, allant du rebond difficile des ouvrières non qualifiées à des poursuites de carrière des techniciens diplômés. Cette mise au chômage, massive et localisée dans le cadre d’un large plan de licenciement, prouve aussi la forte influence de la situation géographique et, dans une moindre mesure, de la formation professionnelle. Le rôle du diplôme initial apparaît ambigu : s’il peut permettre aux plus diplômés d’échapper au chômage, de quitter l’entreprise avant que ne survienne le plan social ou de bénéficier plus facilement d’une mesure d’âge, c’est une ressource visiblement moins déterminante pour ceux qui se retrouvent au chômage.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Le devenir des licencié.e.s de Moulinex : des trajectoires contrastées
L’espace professionnel de l’entreprise toujours présent après sa fermeture
Trois carrières de licencié.e.s : du rebond difficile à la transition en douceur
Le rebond difficile des femmes ouvrières spécialisées
Les « sorties de chaîne » des anciens ouvriers professionnels
La poursuite de carrière des hommes jeunes et qualifiés

Aperçu du texte

Les suppressions d’emplois de vaste ampleur jalonnent l’histoire industrielle et prennent des formes très variées : elles peuvent être limitées ou représenter un grand nombre de licenciements, faire l’objet d’une programmation et d’une concertation entre les partenaires concernés ou, au contraire, intervenir de manière subite et inattendue, être organisées en interne ou conduire à la disparition de l’entreprise suite à une liquidation judiciaire, etc. Tel fut le cas de la fermeture de Moulinex, à l’issue de la liquidation judiciaire du groupe Moulinex-Brandt prononcée en octobre 2001 par le tribunal de commerce de Nanterre (le siège étant à la Défense) avec pour conséquence le licenciement de plus de 4 500 personnes en France. Le plan de reprise par Seb épargne trois usines, mais entraîne le licenciement de près de 3 000 salarié.e.s (sans compter les emplois menacés chez les sous-traitants, estimés à environ 1 000 au moment du dépôt de bilan). La faillite de l’entreprise empêche tou...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Manuella Roupnel-Fuentes, « Carrières de licencié.e.s.  », Travail et Emploi, 138 | 2014, 19-36.

Référence électronique

Manuella Roupnel-Fuentes, « Carrières de licencié.e.s.  », Travail et Emploi [En ligne], 138 | avril-juin 2014, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 28 avril 2017. URL : http://travailemploi.revues.org/6325 ; DOI : 10.4000/travailemploi.6325

Haut de page

Auteur

Manuella Roupnel-Fuentes

ESO-Angers (Espaces et sociétés) – UMR 6590, IUT d’Angers-Cholet ; roupnel@univ-angers.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© La documentation française

Haut de page
  • Revues.org