Navigation – Plan du site

Chœurs de fondeurs :

Interpellations créatives et mises en mémoire
Chœurs de fondeurs : practice creative calling outs and remembering processes
Judith Hayem
p. 105-122

Résumés

L’article examine comment, après s’être mobilisés contre la fermeture brutale de leur usine – qui eut lieu sans plan social ni dépollution du site – les ex-salariés de Metaleurop ont continué à la contester au sein de l’association Chœurs de fondeurs. Issue d’une intersyndicale, l’association fut créée immédiatement après la fermeture. Elle fut ralliée d’emblée et de manière durable par la quasi-totalité des 830 salariés. Certains de ses membres ont entrepris de rétablir la parole des ouvriers sur ce qui avait eu lieu et de questionner, mettre en garde et proposer des alternatives aux délocalisations, en s’appuyant sur des créations artistiques. S’inspirant de la notion de « partage du sensible » chez Rancière, l’auteure qualifie cette pratique d’interpellations créatives et montre qu’elle est soutenue par une subjectivité égalitaire mais séquentielle. L’enquête sur la longue durée (2005-2010) montre en effet que les interpellations s’interrompent avec le retour des rapports hiérarchiques au sein de l’association qui se tourne alors vers des pratiques mémorielles plus classiques.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Une association originale pour une lutte de longue haleine
Continuer « tous ensemble »
L’association et ses bénévoles
Les interpellations créatives
Le travail des « porteurs de parole »
« Réinventer la prise de parole ouvrière »
Une affirmation d’existence
« La médiatisation à l’envers »
Coups d’arrêt à l’interpellation créative

Aperçu du texte

Il y a dix ans, en 2003, l’usine métallurgique de Metaleurop à Noyelles-Godault, à 30 kilomètres de Lille, établie depuis 1894 dans le Pas-de-Calais sous divers patronymes (Malfidano, Penarroya), et premier producteur de zinc et de plomb d’Europe, fut présentée comme l’une des premières usines rentables à être fermée et délocalisée dans des pays à bas coût de main-d’œuvre par un actionnaire américain ne respectant pas le droit français. Insaisissable, la direction (Gaulin, 2005) laissa salariés et représentants de l’État sans vis-à-vis pour négocier. Comme le montrèrent par la suite plusieurs enquêtes menées par des journalistes et des réalisateurs (voir encadré 3, pp. 110-111), aidés par les salariés et leurs avocats, Glencore, principal actionnaire, avait organisé depuis plusieurs années le démantèlement progressif de l’usine et sa mise en faillite frauduleuse afin, le moment venu, de se dédouaner derrière un montage de sociétés, de toute responsabilité relative à la fermeture du ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Judith Hayem, « Chœurs de fondeurs : », Travail et Emploi, 137 | 2014, 105-122.

Référence électronique

Judith Hayem, « Chœurs de fondeurs : », Travail et Emploi [En ligne], 137 | janvier-mars 2014, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 23 juin 2017. URL : http://travailemploi.revues.org/6245 ; DOI : 10.4000/travailemploi.6245

Haut de page

Auteur

Judith Hayem

Université Lille-1, Clersé (Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques) ; judith.hayem@univ-lille1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© La documentation française

Haut de page
  • Revues.org