Navigation – Plan du site

De quoi les Conti sont-ils le nom ?

Radicalisation des luttes sociales et restructurations financières
What are the Conti the name of? Radicalisation of social struggles and financial restructurings
Pascal Depoorter et Nathalie Frigul
p. 51-68

Résumés

Cet article étudie l’un des mouvements sociaux les plus emblématiques de l’année 2009, qui s’est déroulé dans l’Oise à l’usine Continental. À partir d’une recherche encore en cours, les auteurs essayent d’appréhender les façons dont cette lutte sociale s’est construite et s’est radicalisée. Dans un premier temps, ils la resituent dans l’histoire de l’usine, des conflits antérieurs, et examinent les conditions de l’annonce de la fermeture. Ensuite, les auteurs s’intéressent aux modalités et aux moyens donnés à la lutte en se centrant sur les acteurs du mouvement. Ils analysent ainsi les éléments les plus marquants d’une critique sociale et des formes de politisation qu’elle engage. Enfin, ils tentent de saisir les ressorts de la mobilisation collective qui reposent sur un double registre, matériel et symbolique : indemnisation financière de la perte d’emploi et de salaire et réparation de la violence sociale subie à la suite d’une fermeture qui a été vécue sur le mode de l’injustice.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Un symbole de la « casse sociale »
« Travailler plus pour gagner plus ! »
« Une stratégie pour faire fermer la boîte ! »
Dans l’arène politique
La radicalisation
Une lutte dans la lutte : imposer « un syndicalisme de combat »
Une critique par le « bas » des confédérations
Les ressorts de la mobilisation
Un monde qui s’écroule, une injustice inacceptable
Du registre de la dignité à la lutte des classes

Aperçu du texte

Depuis les manifestations musclées des sidérurgistes lorrains du début des années 1980 (Montlibert, 1989), le temps n’était plus, semble-t-il, aux luttes mais à l’adaptation de l’appareil de production à la mondialisation (Askenazy, 2011). En dépit de quelques mouvements épars (Béroud, Mouriaux, 2001), les décennies 1980 et 1990 marquent un recul assez net des grèves ouvrières. Néanmoins, de nouvelles formes d’action collective apparaissent, se caractérisant davantage par des pétitions, des débrayages et des arrêts de travail plus courts que par le passé (Béroud et al., 2008).

Au tournant des années 2000, quelques mouvements sociaux qui attirent l’attention des journalistes sont perçus comme des actes désespérés pour le maintien de l’emploi. L’entreprise Cellatex dans les Ardennes a ainsi occupé la scène médiatique pendant plusieurs semaines en juillet 2000 (Larose et al., 2001). Pour se faire entendre, les ouvriers de cette petite usine avaient menacé de déverser de l’acide dans la ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Depoorter et Nathalie Frigul, « De quoi les Conti sont-ils le nom ?  », Travail et Emploi, 137 | 2014, 51-68.

Référence électronique

Pascal Depoorter et Nathalie Frigul, « De quoi les Conti sont-ils le nom ?  », Travail et Emploi [En ligne], 137 | janvier-mars 2014, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 30 avril 2017. URL : http://travailemploi.revues.org/6234 ; DOI : 10.4000/travailemploi.6234

Haut de page

Auteurs

Pascal Depoorter

CURAPP-ESS UMR 7319 (Centre universitaire de recherches sur l’action publique et le politique, épistémologie et sciences sociales), université de Picardie Jules-Verne ; pascal.depoorter@u-picardie.fr

Nathalie Frigul

CURAPP-ESS UMR 7319 (Centre universitaire de recherches sur l’action publique et le politique, épistémologie et sciences sociales), université de Picardie Jules-Verne ; nathalie.frigul@u-picardie.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© La documentation française

Haut de page
  • Revues.org