Navigation – Plan du site

Lutter pour partir ou pour rester ?

Licenciements et aide au retour des travailleurs immigrés dans le conflit Talbot, 1983-1984
Fighting to leave or to stay? Migrant workers, dismissals and financial assistance to go back to their native countries during the Talbot dispute, 1983-1984
Vincent Gay
p. 37-50

Résumés

La phase de restructurations dans l’industrie automobile à la fin des années 1970 et au début des années 1980 se traduit par une diminution massive des emplois les moins qualifiés. À l’usine Talbot de Poissy, la direction procède à des licenciements massifs, particulièrement en 1983, provoquant une grève d’un mois. Alors que le point de départ de celle-ci est le refus des licenciements, la défense de l’emploi et la survie de l’usine, l’épuisement de ces revendications conduit une partie des ouvriers spécialisés (OS) immigrés, premiers concernés par les licenciements, à réclamer une aide au retour dans leurs pays d’origine. Surgissant au milieu du conflit, cette demande oblige les différents protagonistes à se repositionner. Si les organisations syndicales sont, à des degrés divers, mal à l’aise avec une telle revendication, qui apparaît comme un renoncement à la lutte pour l’emploi, elles finissent pourtant par l’accepter. Le gouvernement de son côté y voit une opportunité ouvrant la voie à un nouveau dispositif d’aide au retour des travailleurs immigrés.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Talbot-Poissy : une usine marquée par l’immigration et le syndicalisme indépendant
Menaces sur l’emploi, menaces sur l’usine
La grève : pour l’emploi, pour l’industrie, ou pour l’avenir des OS immigrés ?
Une grève et 1 905 licenciements
L’aide au retour et le déplacement des enjeux du conflit
Des stratégies syndicales fluctuantes
La dissidence comme enjeu syndical
L’aide au retour, une revendication syndicale ?
Une voie de sortie partielle pour le gouvernement
Agir face à la demande d’aide au retour
Les prémisses d’un nouveau dispositif d’aide à la réinsertion

Aperçu du texte

« Quelle image garder des événements Talbot ? […] Des robots tentant de refouler des immigrés dans leur village d’origine ? » En quelques mots, cet extrait d’une brochure syndicale consacrée au conflit de l’usine Talbot en 1983-1984 synthétise les enjeux qui sont au cœur de cet article.

Après une longue période d’expansion, rendue possible dans certaines usines par l’emploi massif d’ouvriers immigrés, cantonnés aux métiers les plus durs et les moins bien payés (Pitti, 2002), l’industrie automobile française traverse, à partir de la fin des années 1970, une crise et subit des restructurations profondes ; quel sort peut alors être réservé à la fraction la moins qualifiée du groupe ouvrier, et en particulier aux ouvriers spécialisés (OS) immigrés, face aux transformations du travail ? Le groupe PSA (Peugeot société anonyme) est particulièrement touché par les restructurations au début des années 1980, en premier lieu dans son usine Talbot à Poissy (Yvelines), où la direction souhaite se...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Gay, « Lutter pour partir ou pour rester ?  », Travail et Emploi, 137 | 2014, 37-50.

Référence électronique

Vincent Gay, « Lutter pour partir ou pour rester ?  », Travail et Emploi [En ligne], 137 | janvier-mars 2014, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 28 mars 2017. URL : http://travailemploi.revues.org/6193 ; DOI : 10.4000/travailemploi.6193

Haut de page

Auteur

Vincent Gay

Université d’Évry, Laboratoire LHEST-IDHES (Laboratoire d’histoire économique, sociale et des techniques-Institutions et dynamiques historiques de l’économie et de la société) ; gayvincent@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© La documentation française

Haut de page
  • Revues.org