Navigation – Plan du site

Quelles contre-propositions ouvrières lors des restructurations industrielles en Wallonie de 1959 à 1984 ?

Stratégies de reconversion et paradigmes économiques
Workers’ strategies and industrial restructurings in Wallonia from 1959 to 1984. Reconversion options and economic paradigms
Nicolas Verschueren
p. 21-35

Résumés

Parcourant vingt-cinq ans de l’histoire industrielle de Wallonie, cet article offre une analyse des contre-propositions industrielles portées par les collectifs ouvriers lors des restructurations qui affectent leur secteur d’activité entre 1959 et 1984. Après, ou à côté de, l’opposition à la fermeture de leur lieu de travail, ils se sont inspirés de l’émergence ou de l’absence de nouveaux paradigmes économiques pour proposer leurs solutions originales de reclassement. Les notions de répartition économique régionale, de post-industrialisation, de tertiarisation, d’entrepreneuriat et d’économie de marché se trouvent réappropriées par les collectifs ouvriers pour formuler d’autres scénarii de reconversion, plus ou moins réalistes. Contre-propositions ouvrières en Wallonie

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Déclin charbonnier, migration et équilibre économique régional
Les mineurs italiens du Borinage et la crise charbonnière de 1959
Le droit au reclassement sur place, même pour les ouvriers immigrés
Désindustrialisation, économie de services et reclassement dans le tertiaire
Des ouvrières en lutte contre la fermeture de l’usine Siemens en 1976
Passer de l’atelier au bureau, l’espoir déçu des formations qualifiantes
La première vague de restructurations de la sidérurgie européenne
La fermeture de l’usine sidérurgique d’Athus en 1977
De la production aux frontières à l’échange dans le Marché commun
Contractions budgétaires et initiative privée
L’usine Levi’s à Arlon en 1984 ou la fin du secteur textile en Belgique
La collectivisation des indemnités pour « attirer » les repreneurs
Contre-propositions ouvrières et paradigmes économiques

Aperçu du texte

À l’automne 2011, la société Arcelor-Mittal annonçait l’arrêt de la phase à chaud de l’usine sidérurgique de Liège. Un peu plus d’un an après ce premier choc, une nouvelle restructuration était programmée condamnant à plus ou moins court terme le site sidérurgique liégeois, symbole de l’industrialisation de la Wallonie. Avec un recul d’un demi-siècle, l’histoire économique et sociale de cette partie de la Belgique semble se résumer à la notion de restructuration qui apparaît pour la première fois à la fin des années 1950. Ce trait volontairement grossi d’une histoire morose et sinistre de la Wallonie met en évidence la récurrence des restructurations d’entreprise depuis l’immédiat après-guerre jusqu’à aujourd’hui, longue période durant laquelle l’incertitude dans les décisions d’investissement dans l’industrie sidérurgique est devenue chronique (Lomba, 2001, 2013). Les fermetures des mines de charbon, des ateliers de confection, des manufactures d’appareils électroniques ou des usin...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Verschueren, « Quelles contre-propositions ouvrières lors des restructurations industrielles en Wallonie de 1959 à 1984 ? », Travail et Emploi, 137 | 2014, 21-35.

Référence électronique

Nicolas Verschueren, « Quelles contre-propositions ouvrières lors des restructurations industrielles en Wallonie de 1959 à 1984 ? », Travail et Emploi [En ligne], 137 | janvier-mars 2014, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 26 juin 2017. URL : http://travailemploi.revues.org/6182 ; DOI : 10.4000/travailemploi.6182

Haut de page

Auteur

Nicolas Verschueren

Center for Transatlantic Relations, SAIS, Johns Hopkins University ; niversch@ulb.ac.be

Haut de page

Droits d’auteur

© La documentation française

Haut de page
  • Revues.org