Navigation – Plan du site
Notes de lecture : autour de la santé au travail

Annie Thébaud-Mony, Véronique Daubas-Letourneux, Nathalie Frigul, Paul Jobin (dir.), Santé au travail : approches critiques

Paris, La Découverte, coll. « Recherches », 2012
Emmanuel Martin
p. 67-69
Référence(s) :

Annie Thébaud-Mony, Véronique Daubas-Letourneux, Nathalie Frigul, Paul Jobin (dir.), Santé au travail : approches critiques, Paris, La Découverte, coll. « Recherches », 2012, 340 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif, issu d’un projet de recherche financé par l’ANR (Agence nationale de la recherche) entre 2006 et 2008, se situe dès l’introduction dans le prolongement des programmes ouverts dans les années 1970 qui visaient à « connaître le travail pour le transformer », ce qui suppose non seulement de soumettre à la critique scientifique la production des connaissances existantes sur la santé au travail, mais aussi d’en produire de nouvelles, qui soient indissolublement des instruments de critique du travail. Les conflits sur la santé des travailleurs mettent en cause la responsabilité des employeurs, à travers la construction et la diffusion d’indicateurs de morbidité et de mortalité. Les auteurs ont en commun cette « approche critique » (qu’ils soient sociologues, politistes ou médecins), qui se traduit par une collaboration étroite avec des militants, afin de mener à bien des enquêtes démontrant la responsabilité des employeurs dans ce que Katherine Lippel et Rachel Cox nomment les « lésions professionnelles » (accidents du travail et maladies professionnelles).

  • 1 Thébaud-Mony A. (2000), L’industrie nucléaire : sous-traitance et servitude, Paris, Inserm, EDK, co (...)

2La première partie concerne les « risques toxiques », c’est-à-dire les risques non repérés, délibérément passés sous silence, ou niés par les employeurs. Annie Thébaud-Mony montre que le caractère cancérogène des fibres courtes d’amiante et des faibles doses de rayonnements ionisants donne lieu à des batailles d’expertises sur des décennies entières. Les experts affiliés aux directions d’entreprises concluent à l’absence de certitude quant à une liaison causale entre ces produits et les cancers constatés, protégeant ainsi la responsabilité des employeurs. Le doute est également au cœur de l’enquête de Laura Centemeri, qui cherche à comprendre pourquoi la catastrophe de Seveso (survenue en 1976, dans une usine chimique à proximité de Milan) n’a pas donné lieu à une mobilisation des populations touchées. Certes, un soupçon et la crainte d’une manipulation politique concernant la dioxine se sont développés parmi les habitants face à des autorités locales affirmant qu’elles savaient ce qui était bon pour les populations. Mais, alors que l’élaboration de connaissances par des médecins « experts militants » s’est soldée par un échec (les habitants préférant continuer à se représenter leur environnement comme risqué, non comme absolument nuisible), l’épidémiologie standard s’est intéressée à Seveso comme à une étude de cas dans un registre essentiellement scientifique, sans chercher à servir la cause des militants locaux. Et, surtout, l’entreprise incriminée a opéré une « privatisation » de la catastrophe en favorisant l’indemnisation individuelle des victimes, avec lesquelles elle a négocié au cas par cas. Dans sa contribution, Bernard Thomann montre que la reconnaissance de la silicose en tant que maladie professionnelle dépend de l’affrontement entre les savoirs profanes inscrits dans l’expérience des mineurs, et les différentes expertises soutenant les positions des employeurs. L’issue de cet affrontement dépend du cadre juridique dans lequel il se déroule : sous-enregistrement des maladies par les entreprises et procès civils pour obtenir une indemnisation, en l’occurrence. Paul Jobin, enfin, présente une recherche interrompue à Fukushima, où l’on retrouve à la fois la difficile mobilisation des travailleurs exposés, la position ambiguë de l’épidémiologie (qui contribue à minimiser les risques en produisant des incertitudes et du doute), ainsi que la gestion de l’exposition aux rayonnements ionisants par la sous-traitance en cascade, déjà mise à jour en France1. Comme l’amiante et la silicose, le nucléaire est un domaine de recherche où il est difficile de produire des savoirs sans contribuer à minimiser les atteintes à la santé.

  • 2 Dispositif EVolutions et Relations en Santé au Travail.
  • 3 WOrking Conditions and Control Questionnaire.

3La deuxième partie tire les leçons des statistiques produites par les institutions chargées de l’indemnisation des lésions professionnelles, en critiquant leur ambivalence : elles sont à la fois juge et partie pour décréter qui souffre, donc qui a droit à une réparation. Marie-France Cristofari montre la diversité des enquêtes disponibles, qui correspondent à autant de demandes sociales : mesurer les lésions professionnelles et leur répartition dans la population, identifier des facteurs de risque, ou encore suivre des populations ciblées pour la prévention. Elle défend, en conclusion, la pertinence des protocoles d’enquêtes ciblés au niveau d’une entreprise pour la prévention (EVREST2, WOCCQ3), qui permettent de mettre en discussion un diagnostic au niveau d’une unité de production. Véronique Daubas-Letourneux, Jean-PierreTabin, Isabelle Probst et George Waardenburg comparent la catégorie « accident du travail » et ses usages en France et en Suisse : elle est dès l’origine fondée sur une représentation techniciste et naturalisante de l’accident (les « risques du métier ») qui ne permet ni d’en connaître ni d’en critiquer les raisons proprement sociales. Pierre Desmarez et Adinda Vanheerswynghels enquêtent sur le devenir des accidentés du travail via l’exploitation d’une base de données belge, et parviennent à des conclusions solidement démontrées, quoique attendues : ouvriers et travailleurs âgés retournent plus difficilement à l’emploi que les autres salariés, après un accident du travail. Enfin, le chapitre de Katherine Lippel et Rachel Cox dresse une revue de la littérature sur les inégalités de genre dans les atteintes à la santé : il en ressort que les femmes sont davantage maltraitées par le travail, mais le genre ne fait ici que renforcer des inégalités et des dominations liées au salariat en général : sous-déclaration des accidents, systèmes d’indemnisation plus ou moins favorables aux salarié(e)s, etc.

  • 4 Groupement d’intérêt scientifique sur les cancers d’origine professionnelle.

4La troisième partie se penche sur les parcours et le vécu des travailleurs grâce à des méthodes d’enquête souvent originales. Véronique Daubas-Letourneux montre, à partir d’un corpus d’entretiens biographiques avec des accidentés du travail, que ceux-ci sont souvent victimes de plusieurs accidents successifs qui construisent une « carrière » de polyaccidentalité (l’auteure elle-même n’emploie pas ce terme interactionniste, qui pourrait cependant être utilement mis à profit dans ce chapitre comme dans les suivants). À partir de deux parcours présentés en détail, Jean-Pierre Tabin, Isabelle Probst et George Waardenburg mettent en cause la « logique assurantielle » (p. 215) intériorisée par les victimes d’accidents, qui « tend à cristalliser les conflits sur l’octroi de prestations » (p. 215), car l’inscription de l’accident dans une relation salariale est second, à leurs yeux, par rapport à leur rapport conflictuel aux institutions d’assurance. Le chapitre collectif de l’équipe du GISCOP4 93 (groupe d’enquête qui relie des sociologues, des médecins et des membres de comités d’hygiène, de sécurité et de conditions de travail [CHSCT]) est avant tout méthodologique : il présente le suivi des patients atteints de cancers d’origine professionnelle ainsi que l’enquête rétrospective sur leurs conditions de travail. Au-delà des très nombreuses difficultés méthodologiques et pratiques de cette enquête, cette « recherche-action » montre à quel point les liens entre cancer et exposition professionnelle restent sous-évalués, et sous-déclarés, ce que les auteurs cherchent précisément à combattre. Nathalie Frigul s’appuie également sur des parcours biographiques détaillés pour montrer comment l’« inemployabilité » se construit, dans le face-à-face des travailleurs précaires avec les institutions d’assurance sociale dont ils dépendent, notamment en fonction des lésions professionnelles dont ils pâtissent : fragilisés par les atteintes à leur santé venues du travail, ils se voient traités comme des handicapés et des invalides. Chômeurs et précaires se trouvent « sanitarisés » (p. 246) parce que l’on traite leur retrait du marché du travail comme une maladie à guérir.

  • 5 NDT : médecine de la preuve.

5La quatrième et dernière partie de l’ouvrage analyse l’histoire des mobilisations contre les lésions professionnelles, toujours difficiles et fragiles. Valérie Thomas analyse la difficulté à établir des normes ergonomiques publiques pour combattre les troubles musculo-squelettiques aux États-Unis : la « rhétorique du doute » (p. 271) des employeurs ne rencontre qu’une opposition impuissante de la part de chercheurs soucieux, avant tout, de faire prévaloir la rigueur scientifique des preuves avancées, alors que la santé au travail échappe peu à peu à l’« evidence-based medicine5 » (p. 275), contrairement aux autres domaines de la santé publique, en raison du poids des intérêts économiques et d’un problème de définition des affections – celles-ci n’étant pas prises en charge comme de véritables pathologies médicales. Jean-Claude Dewinck revient sur les luttes institutionnelles contre l’amiante, un historique semblable à celui de la silicose : les intérêts économiques s’avèrent très difficiles à contrer par la seule épidémiologie, et il faut attendre une accumulation de cancers et de morts pour qu’une véritable politique publique voie le jour. Le chapitre suivant présente l’inlassable combat d’Henri Pézerat et des élus du CHSCT de l’entreprise Adisseo (usine de fabrication d’additifs pour la nourriture animale à Commentry, près de Montluçon) contre un produit cancérogène qui donne lieu à la même rhétorique du doute, alors que les indices de sa nocivité s’accumulent. Là encore, l’association entre travail et atteintes à la santé est très directement le produit d’un rapport de force, où les instruments de connaissance (ou de méconnaissance) sont avant tout les armes d’un conflit. Enfin, Graça Druck et Rodrigo Carelli dressent un tableau en demi-teinte de l’action du ministère du Travail brésilien contre les lésions professionnelles, institution encore jeune qui affronte des intérêts solidement établis mais fait reculer tant bien que mal la précarisation du travail, cause majeure d’atteintes à la santé.

6Le parti pris énoncé en introduction est défendu par l’ensemble des contributions : comme dans de nombreux autres travaux en sciences sociales du travail, il s’agit non seulement de battre en brèche l’argumentation des « risques du métier » statistiquement inévitables mais aussi de ne pas s’en tenir à la position scientiste selon laquelle la manifestation d’une vérité objective suffirait à défendre les travailleurs souffrants (et définirait entièrement la feuille de route des chercheurs). On peut regretter que cette distanciation par rapport à la prétendue neutralité de « la connaissance scientifique » reste à sens unique dans de nombreuses contributions : la production de connaissances critiques est justiciable des mêmes analyses (critiques) que l’épidémiologie ou que le travail des experts patronaux. C’est là le seul point aveugle de cet ouvrage, qui permet un examen détaillé et lucide des conflits auxquels donne lieu la production (institutionnelle, patronale, et y compris militante) de connaissances sur la santé au travail.

Haut de page

Notes

1 Thébaud-Mony A. (2000), L’industrie nucléaire : sous-traitance et servitude, Paris, Inserm, EDK, coll. « Questions en santé publique ».

2 Dispositif EVolutions et Relations en Santé au Travail.

3 WOrking Conditions and Control Questionnaire.

4 Groupement d’intérêt scientifique sur les cancers d’origine professionnelle.

5 NDT : médecine de la preuve.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Martin, « Annie Thébaud-Mony, Véronique Daubas-Letourneux, Nathalie Frigul, Paul Jobin (dir.), Santé au travail : approches critiques », Travail et Emploi, 133 | 2013, 67-69.

Référence électronique

Emmanuel Martin, « Annie Thébaud-Mony, Véronique Daubas-Letourneux, Nathalie Frigul, Paul Jobin (dir.), Santé au travail : approches critiques », Travail et Emploi [En ligne], 133 | janvier-mars 2013, mis en ligne le 01 janvier 2013, consulté le 20 août 2017. URL : http://travailemploi.revues.org/5925

Haut de page

Auteur

Emmanuel Martin

Centre Maurice Halbwachs (ENS-EHESS)

Haut de page

Droits d’auteur

© La documentation française

Haut de page
  • Revues.org