Navigation – Plan du site
Notes de lecture : autour de la santé au travail

Catherine Courtet, Michel Gollac (dir.), Risques du travail, la santé négociée

Paris, Éditions La Découverte, coll. « Recherches », 2012
Marc Loriol
p. 64-66
Référence(s) :

Catherine Courtet, Michel Gollac (dir.), Risques du travail, la santé négociée, Paris, Éditions La Découverte, coll. « Recherches », 2012, 324 p.

Texte intégral

1Issus du programme « Santé Environnement – Santé Travail » (2005-2007) de l’Agence nationale de la recherche, les travaux présentés dans cet ouvrage cherchent à décrire et à analyser l’entrée des risques professionnels (dont certains sont qualifiés de « nouveaux ») dans le débat public. La prise en compte de l’historicité des catégories cliniques, l’évolution des formes de prise en charge, l’importance de l’organisation du travail, mais aussi des stratégies et des ressources des acteurs (médecins, employeurs, syndicats, etc.) appellent en effet un renouvellement des analyses. L’approche bio-médicale et individuelle ne suffit plus pour comprendre une santé de plus en plus négociée, objet de débats et de compromis.

2La première partie, « Connaissance et reconnaissance des troubles de santé au travail », rappelle l’histoire de la mise en place, à la fin du xixsiècle, d’un système assurantiel pour les accidents du travail tout d’abord, puis pour un petit nombre d’affections dues au travail. La silicose du mineur (dont l’histoire et l’actualité sont rappelées par Alberto Baldasseroni, William Martinez, Francesco Carnevale, Paul-André Rosental et Bernard Thomann) en est emblématique, même si les débats sur cette maladie sont encore présents à travers la controverse sur le rôle cancérogène de la silice ou le développement de la silicose chez les tailleurs de pierre de pays du Sud. Comme le soulignent Anne-Sophie Bruno, Éric Geerkens, Nicolas Hatzfeld et Catherine Omnès, le déséquilibre du rapport de force entre salariés et employeurs et la meilleure connaissance de certains risques comme le tabagisme ont longtemps freiné la reconnaissance des pathologies liées au travail. Le système hérité de l’ère industrielle (tableaux de maladie professionnelle où l’exposition à un facteur environnemental conditionne la reconnaissance de la pathologie) rend compliquée la prise en compte de la santé psychique et des pathologies multifactorielles. C’est par le biais des politiques européennes, d’un renouveau de l’intérêt pour la santé publique, de la préoccupation sociale croissante pour la souffrance au travail et suite à certains « scandales » médiatisés tels que ceux de l’amiante ou AZF, qu’une institutionnalisation renouvelée de la santé au travail – une nouvelle « gouvernance » selon Éric Verdier – se fait jour. Toutefois, les freins à une pleine reconnaissance des problèmes restent nombreux : prédominance d’un paradigme hygiéniste ou sécuritaire, difficultés des victimes à faire reconnaître leur maladie, etc. Carole Gayet-Viaud montre ainsi que le sentiment d’être privilégié, d’avoir un emploi, tout comme la difficulté d’objectiver les risques d’un métier où l’on est très impliqué, le manque de solidarité entre collègues ou la peur de passer pour faible expliquent que des personnes mises à mal par le travail renoncent à faire valoir leurs droits. De la même façon, la difficulté à penser comme « accident » un mal de dos vécu en tant qu’usure prolongée entrave certaines demandes de réparation (Joan Stavo-Debauge).

3La seconde partie, « Comprendre, mesurer, intervenir », interroge l’utilisation des enquêtes épidémiologiques et statistiques pour la compréhension et la prévention des risques psychosociaux (RPS) et des troubles musculosquelettiques (TMS). Par exemple, pour Yves Roquelaure, Annette Leclerc, Fabien Coutarel, René Brunet, Sandrine Caroly et François Daniellou, le fait qu’un certain nombre de facteurs de risque (organisationnels, biomécaniques et psychosociaux) puissent être mis en évidence pour les TMS ne suffit pas pour prédire l’efficacité des politiques de prévention. Il faudrait pouvoir prendre en compte les interactions complexes et toujours spécifiques entre le poste de travail, l’environnement économique, social et juridique de l’entreprise, les choix politiques et sociétaux par exemple. De même, la mesure de la charge de travail (évoquée par Claudine Mélan, Nadine Cascino, Béatrice Barthe et Edith Galy) en vue d’en estimer les effets éventuels sur la santé nécessite une démarche pluridisciplinaire alliant la physiologie (notamment les connaissances sur les rythmes circadiens), la psychologie cognitive et la psychologie sociale pour appréhender la dimension subjective de la vigilance et de la fatigue.

4La troisième partie, intitulée « Organiser et mettre en discussion le travail », rassemble des interventions de sociologues, de gestionnaires et d’ergonomes autour des enjeux et de la complexité du thème de la santé au travail. Danièle Linhart montre bien que la perception des pénibilités du travail n’est pas un phénomène mécanique. Certaines nuisances propres à telle ou telle activité de travail ne sont pas forcément vécues comme des pénibilités nécessitant des interventions correctrices ou réparatrices. Les travailleurs ne sont d’ailleurs pas passifs et peuvent collectivement redéfinir leur métier afin de donner un sens acceptable aux nuisances rencontrées. Toutefois, si ces dernières sont ressenties comme imposées par le management pour des raisons étrangères au métier (rentabilité, marque de pouvoir, etc.), elles seront vécues dans la souffrance. Le management qui est rendu responsable, aux deux sens du terme (en charge de ou coupable), de la souffrance des salariés se trouve lui-même largement empêché par des dispositifs comptables, des « machines de gestion » (p. 235), selon les termes de Matthieu Detchessahar et Guy Minguet, qui naturalisent et réifient les contraintes économiques et imprègnent leur travail quotidien au point de rendre difficile la conquête de marges de discussion. Les risques de certains métiers, comme les TMS (abordés par Charles Gadea et Sophie Divay) ou le sur-engagement émotionnel pour les soignants (traité par Claire Edey Gamassou), sont d’autant plus difficiles à objectiver et à combattre qu’ils s’imbriquent dans l’identité professionnelle et personnelle des salariés concernés. De même, dans les petites et très petites entreprises, étudiées par Cathel Kornig et Eric Verdier, la méconnaissance des risques et des techniques de prévention, la méfiance à l’égard de toute forme de réglementation, les questions de coûts ou la personnalisation des relations sociales rendent plus délicates les actions de réduction des risques ; sauf dans les rares cas où l’employeur se sent personnellement concerné par les atteintes à la santé provoquées par une activité qu’il partage avec ses salariés. Enfin, Marion Gilles et Serge Volkoff s’interrogent sur l’important dispositif d’observation statistique de la santé au travail tant au niveau national que dans les entreprises. Outils de connaissance adossés sur les savoirs épidémiologiques contemporains (comme le modèle de Karasek), ces indicateurs statistiques imposent des catégories de perception et de découpage de la réalité qui ne sont pas forcément adaptées avec la même pertinence à tous les contextes productifs ni à toutes les situations de travail. Il existe alors un risque de simplification, voire de moyennisation ou de banalisation des problèmes.

5Au final, de par sa richesse et la diversité des participations (qu’il n’est pas possible de toutes citer dans une simple note de lecture), cet ouvrage témoigne bien de la nécessité des approches pluridisciplinaires pour penser la santé au travail. Toutefois, cet effort de dialogue et de conceptualisation commune entre disciplines aux traditions et méthodes différentes aurait pu être poussé un peu plus loin. Si l’introduction de l’ouvrage et certains chapitres s’inscrivent nettement dans le projet d’aborder la santé au travail en tant que construction collective et processus multidimensionnel, toutes les contributions ne le font pas de la même façon et certaines semblent même s’inscrire dans un cadre antinomique. Ainsi, pour ne prendre qu’un seul exemple, dans le texte de Johannes Siegrist, les RPS sont présentés comme des risques objectifs venant porter directement atteinte à la santé mentale des individus au travail de même que l’amiante venait attaquer les poumons des ouvriers qui y étaient exposés. Stresseurs et stress semblent confondus et apparaissent comme des facteurs objectifs d’atteinte à la santé dans toutes les situations de déséquilibre entre « demande » et « contrôle » ou entre « effort » et « récompense », sans que la mesure de ces décalages ne pose d’autres questions que des problèmes techniques de calibrage ou de validation statistique. Bien évidemment, les modèles de Karasek ou de Siegrist (ou d’autres modèles épidémiologiques) ne sont pas nécessairement incompatibles avec une approche plus constructiviste, mais la réflexion pour l’articulation entre analyse épidémiologique et approche constructiviste fait défaut dans l’ouvrage. Plus généralement, une question complexe mais importante semble insuffisamment discutée : si le processus d’objectivation des risques professionnels et des atteintes à la santé n’est pas qu’un travail de connaissance et de dévoilement d’une réalité existant en dehors des individus et des sociétés concernés, mais constitue également un travail de mise en forme des problèmes et de l’expérience vécus par les acteurs, comment envisager la mise en évidence statistique de « facteurs de risques », de bonnes pratiques de prévention, de définitions universelle des problèmes, sans tenir compte de contextes micro, méso et macro-sociaux toujours spécifiques ? On le voit, ce livre laisse ouvertes des pistes de réflexion et de débat qui devront être prises à bras-le-corps dans les arènes de plus en plus nombreuses consacrées à la santé au travail.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Loriol, « Catherine Courtet, Michel Gollac (dir.), Risques du travail, la santé négociée », Travail et Emploi, 133 | 2013, 64-66.

Référence électronique

Marc Loriol, « Catherine Courtet, Michel Gollac (dir.), Risques du travail, la santé négociée », Travail et Emploi [En ligne], 133 | janvier-mars 2013, mis en ligne le 01 janvier 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://travailemploi.revues.org/5914

Haut de page

Auteur

Marc Loriol

Institutions et dynamiques historiques de l’économie (IDHE)

Haut de page

Droits d’auteur

© La documentation française

Haut de page
  • Revues.org