Navigation – Plan du site
Notes de lecture : autour de la santé au travail

Anne-Sophie Bruno, Éric Geerkens, Nicolas Hatzfeld, Catherine Omnès (dir.), La santé au travail, entre savoirs et pouvoirs (19e-20e siècles)

Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Pour une histoire du travail », 2011
Gabrielle Lecomte-Ménahès
p. 63-64
Référence(s) :

Anne-Sophie Bruno, Éric Geerkens, Nicolas Hatzfeld, Catherine Omnès (dir.), La santé au travail, entre savoirs et pouvoirs (19e-20e siècles), Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Pour une histoire du travail », 2011, 308 p.

Texte intégral

  • 1 Omnès C., Pitti L. (dir.) (2009), Cultures du risque au travail et pratiques de prévention au XXe s (...)

1Deux ans après la parution de Cultures du risque au travail et pratiques de prévention au xxe siècle1, une équipe dirigée par Anne-Sophie Bruno, Eric Geerkens, Nicolas Hatzfeld et Catherine Omnès publie un nouvel ouvrage collectif sur la santé au travail. Alors que l’opus de 2009 abordait la prévention des risques professionnels sous l’angle des pratiques et des cultures professionnelles des acteurs impliqués, distingués selon leur statut (professionnels de la prévention, acteurs des instances officielles de la santé au travail et animateurs des mouvements sociaux), cette nouvelle équipe d’historiens s’attache à approfondir l’analyse de leurs rapports de force aux xixe et xxe siècles. L’ouvrage examine les enjeux de pouvoir entre employeurs et salariés sur la reconnaissance des maux du travail et l’attribution de leur responsabilité. Son titre rappelle que, depuis le xixe siècle, un crédit important est accordé à la connaissance scientifique pour trancher ces débats. Les auteurs analysent donc la nature des relations qui unissent producteurs de connaissance en santé au travail, institutions en charge de ces questions et acteurs de l’entreprise. Les méthodologies mobilisées relèvent principalement du travail d’archives mais également de l’entretien. Quelques recherches longitudinales sont particulièrement impressionnantes car elles retracent sur plusieurs décennies les parcours de santé de salariés à partir de dossiers administratifs et d’entreprises.

2En préambule des contributions constituant l’ouvrage, ses coordonnateurs présentent une synthèse des recherches récentes qui a le mérite de décentrer notre regard des représentations communes sur l’histoire de la santé au travail des pays industrialisés. Revenant sur les différents systèmes de gestion de la santé au travail, les auteurs rappellent, par exemple, que le tandem prévention-réparation qui caractérise le régime assurantiel au xxe siècle existait auparavant et n’a fait l’objet que de redéfinitions et ajustements durant cette période. Par ailleurs, la fin des années 1960 marque la remise en cause de ce système qui dépossède les salariés de moyens d’action pour se protéger des risques professionnels et voit le retour du recours à la justice pour arbitrer les conflits. Ainsi les procès, tels ceux de l’amiante, qui mettent en cause employeurs ou préventeurs ne sont pas une nouveauté mais sont corrélés à une redéfinition du régime de responsabilité de la santé au travail. Ce nécessaire cadrage historique est suivi de contributions regroupées en trois parties.

3La première partie, consacrée aux conditions de production des connaissances en santé au travail, présente de manière remarquable en quoi le savoir dans ce domaine est au cœur d’enjeux de pouvoir. Au centre des discussions, les producteurs de connaissances, qu’ils soient médecins ou hygiénistes, sont amenés à avoir un positionnement ambigu entre protection de la santé des travailleurs et défense des intérêts économiques de l’entreprise. Dans sa contribution, Thomas Leroux décrit ainsi la figure de l’hygiéniste, industriel et philanthrope Darcet qui, au xixe siècle, cherchait à réduire l’exposition des travailleurs aux produits nocifs par d’ingénieux moyens techniques sans pour autant remettre en cause l’utilisation de ces substances, par ailleurs produites par un industriel de ses amis. Ces enjeux de pouvoir, se cristallisant dans l’établissement des critères d’indemnisation des maladies professionnelles, sont déterminants dans la reconnaissance du caractère professionnel des pathologies. Sur ce point, les avis divergent, comme le montre Cédric Neumann à propos des problèmes de santé des mécanographes au cours de la deuxième moitié du xxe siècle, dus, selon les syndicats, à de mauvaises conditions de travail ou, selon les médecins du travail, à un défaut de sélection des salariés. Ces médecins s’inscrivent ainsi dans la tradition hygiéniste villermienne, prédominante dans la France du xixe siècle, qui expliquait notamment la mauvaise santé des ouvriers par leurs comportements.

4La gestion de la santé au travail au sein des entreprises est décrite dans la deuxième partie du livre, soulignant le pouvoir des employeurs en la matière. Ainsi, afin de mieux imposer sa manière de faire, la direction des usines Schneider du Creusot, met en place un service de sécurité avant même que le ministère du Travail ne légifère sur le sujet. En outre, quand ils n’arrivent pas à obtenir la législation qu’ils souhaitent, les employeurs redéfinissent parfois le risque. Citons l’exemple des employeurs espagnols du début du xxe siècle qui, n’ayant pas obtenu l’exclusion des hernies du catalogue des incapacités imputables aux accidents du travail, ont fait en sorte qu’en cas de hernie, une expertise médicale soit nécessaire à toute déclaration d’incapacité et ont organisé le suivi médical des salariés qui a conclu que nombre d’entre eux étaient prédisposés à cette pathologie. Dans la pratique, ceci équivalait à supprimer la loi de 1922, réformant celle du 30 janvier 1900 sur les accidents du travail, prévoyant l’indemnisation de l’ouvrier handicapé pour l’équivalent d’un an de rémunération. La motivation du patronat pour mettre en place une protection de la santé des salariés s’avère ici avant tout financière. Il peut également s’agir de contrôler les soins apportés aux salariés, comme dans le cas de ces grandes entreprises belges qui construisirent leurs propres hôpitaux lors des premières décennies du xxe siècle afin d’éviter que leurs salariés ne se rendent dans les services médicaux mutualistes. La médecine d’entreprise, dispositif privilégié par les employeurs durant tout le xxe siècle, est alors subordonnée au patronat. Toutefois Ronnie Johnston et Arthur McIvor rappellent dans leur contribution que les employeurs ne forment pas un groupe homogène et que leur attitude vis-à-vis de la prévention dépend de cultures professionnelles propres à chaque secteur d’activité.

5C’est la troisième partie du volume qui remplit pleinement l’objectif d’analyser les jeux d’acteurs en « tenant ensemble » les trois groupes que constituent employeurs, salariés et producteurs de connaissance. La complexité de leurs relations n’est pas réduite à une opposition simplificatrice entre employeurs uniquement mus par la recherche du profit et salariés défendant avant tout leur santé. Les deux premiers chapitres sont consacrés au développement d’expertises syndicales en santé au travail. Dans les années 1900, quelques précurseurs introduisent les questions de santé au travail au sein de la jeune CGT. Mais bien que cet élan soit marginal, la création d’un institut syndical d’expertise médicale suite au Front Populaire contribue à le renforcer. La constitution de connaissances en santé au travail est également due aux progrès de disciplines académiques, telle l’ergonomie à la fin des années 1960, qui travaillent en association avec les acteurs internes aux entreprises. Le rôle du législateur est lui aussi analysé : ainsi, l’instauration tardive d’une valeur limite d’exposition aux poussières d’amiante est étudiée à travers ce prisme, de même que le fait de considérer le salarié comme un acteur direct de la prévention à travers son droit de retrait d’une situation qu’il juge dangereuse.

6Pour conclure, cet ouvrage arrive à point nommé pour comprendre les enjeux de la transformation actuelle du système français de prévention de la santé au travail qui s’écarte d’un suivi essentiellement médical des populations salariées. Les contributions proposées apportent la plus-value propre aux travaux en histoire en interrogeant habilement les représentations construites a posteriori sur les jeux d’acteurs en santé au travail, comme l’idée selon laquelle les syndicats auraient été complètement hermétiques à ces questions au cours du xxe siècle. On regrettera toutefois que cette publication ne respecte pas entièrement le programme annoncé par son titre, très général, puisqu’elle se penche avant tout sur le système assurantiel de gestion de la santé au travail lié au modèle industriel dont elle aurait pu davantage interroger les frontières. Ainsi la nature des liens entre santé et travail en dehors de la relation de salariat aurait pu être examinée. Qu’en était-il par exemple du rapport à la santé au travail des travailleurs indépendants ou de ceux qui exerçaient illégalement leur activité ? Ces pistes de recherche invitent à poursuivre une entreprise collective dont la richesse et la finesse d’analyse apportent déjà beaucoup aux travaux de sciences sociales se développant actuellement sur le sujet.

Haut de page

Notes

1 Omnès C., Pitti L. (dir.) (2009), Cultures du risque au travail et pratiques de prévention au XXe siècle : la France au regard des pays voisins, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Pour une histoire du travail  ». NDLR : une recension de cet ouvrage, rédigée par Sylvie Célérier, a été publiée dans le numéro 128 de Travail et emploi, octobre-décembre 2011, pp.  84-86.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gabrielle Lecomte-Ménahès, « Anne-Sophie Bruno, Éric Geerkens, Nicolas Hatzfeld, Catherine Omnès (dir.), La santé au travail, entre savoirs et pouvoirs (19e-20e siècles) », Travail et Emploi, 133 | 2013, 63-64.

Référence électronique

Gabrielle Lecomte-Ménahès, « Anne-Sophie Bruno, Éric Geerkens, Nicolas Hatzfeld, Catherine Omnès (dir.), La santé au travail, entre savoirs et pouvoirs (19e-20e siècles) », Travail et Emploi [En ligne], 133 | janvier-mars 2013, mis en ligne le 01 janvier 2013, consulté le 20 août 2017. URL : http://travailemploi.revues.org/5908

Haut de page

Auteur

Gabrielle Lecomte-Ménahès

Centre nantais de sociologie (CENS)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© La documentation française

Haut de page
  • Revues.org