Navigation – Plan du site

Le poids imputable à l’exposition au stress au travail en termes économiques et de santé publique : enjeux et écueils méthodologiques

Evaluation of the burden of job stress from a public health perspective and from an economic point of view: perspectives and methodological pitfalls
Hélène Sultan-Taïeb et Isabelle Niedhammer
p. 35-49
Traduction(s) :
Evaluating the Burden of Job Stress From the Public-Health and Economic Viewpoints:

Résumés

L’estimation de l’effet du stress au travail sur le nombre de cas de pathologies (morbidité et mortalité) et les coûts économiques associés constitue un réel enjeu de santé publique. Pourtant les études qui portent sur ce sujet sont peu nombreuses dans la littérature. L’objectif de l’article est de souligner l’intérêt d’un tel chiffrage, de présenter brièvement une méthode d’estimation envisageable, celle des fractions attribuables, et les difficultés méthodologiques qui lui sont associées. Cette méthode utilise des données épidémiologiques de risque relatif associé à un facteur de risque donné, et de prévalence d’exposition à ce facteur. Les difficultés méthodologiques soulevées par l’utilisation de cette méthode soulignent la nécessité de disposer de données épidémiologiques robustes et cohérentes issues d’études étiologiques prospectives sur des échantillons de grande taille. Les résultats obtenus par l’estimation du poids du stress au travail constituent une aide à la décision pour un usage éclairé des ressources disponibles pour la prévention.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

Une démarche d’estimation dans un contexte de réformes en France
La méthode des fractions attribuables
Estimation de fractions attribuables à l’exposition au job strain en France
Limites inhérentes à la disponibilité des données dans la littérature
Discussion méthodologique concernant l’utilisation de la méthode des fractions attribuables

Aperçu du texte

L’intensité du travail a fortement augmenté en France au cours des années 1990 et au début des années 2000 (Parent-Thirion et al., 2007; Gollac, Volkoff, 2006; Askenazy, 2005; Volkoff, 2008), phénomène potentiellement vecteur d’une hausse de l’exposition aux risques psychosociaux au travail (RPS). Parmi les différents modèles de risques psychosociaux, comme les violences au travail, l’injustice organisationnelle, l’insécurité du travail, la précarité de l’emploi par exemple, le stress au travail selon les modèles de Karasek (1998) et de Siegrist (2004) joue un rôle majeur à la fois comme élément des conditions de travail et comme objet d’étude dans la littérature scientifique (Niedhammer, 2011). Des données sont disponibles en France sur l’exposition au stress au travail selon le modèle de Karasek qui définit le job strain (ou tension au travail) comme la combinaison d’une forte demande psychologique (quantité et complexité des tâches, contraintes temporelles) et d’une faible latitu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Sultan-Taïeb et Isabelle Niedhammer, « Le poids imputable à l’exposition au stress au travail en termes économiques et de santé publique : enjeux et écueils méthodologiques », Travail et Emploi, 129 | 2012, 35-49.

Référence électronique

Hélène Sultan-Taïeb et Isabelle Niedhammer, « Le poids imputable à l’exposition au stress au travail en termes économiques et de santé publique : enjeux et écueils méthodologiques », Travail et Emploi [En ligne], 129 | janvier-mars 2012, mis en ligne le 30 mars 2012, consulté le 28 novembre 2014. URL : http://travailemploi.revues.org/5534

Haut de page

Auteurs

Hélène Sultan-Taïeb

Centre de recherche interdisciplinaire sur la biologie, la santé, la société et l’environnement (CINBIOSE), université du Québec à Montréal (UQAM), Montréal; université de Bourgogne, Laboratoire d’économie et gestion (UMR CNRS 5118), Dijon; helene.sultan-taieb@inspq.qc.ca

Isabelle Niedhammer

INSERM, U1018, Centre de recherche en épidémiologie et santé des populations (CESP), Villejuif; isabelle.niedhammer@inserm.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© La documentation française

Haut de page
  • Revues.org