Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Sébastien Chauvin, Les agences de la précarité, journaliers à Chicago

Paris, Le Seuil, 2010
Sébastien Grollier
p. 84-86
Référence(s) :

Sébastien Chauvin, Les agences de la précarité, journaliers à Chicago, Paris, Le Seuil, 2010, 339 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 30 mars 2012.

1Cet ouvrage fort stimulant de Sébastien Chauvin est consacré à l’étude du travail journalier en agences (par opposition au travail journalier de rue) à Chicago. À partir d’une enquête ethnologique considérable (2005-2006), mêlant observation (observation participante « masquée » en agences et en usine d’une durée de douze semaines et « ethnographie à découvert » de mai 2005 à août 2006 d’une association dont le credo est la mobilisation des journaliers d’agences), entretiens avec des journaliers, des responsables d’agences et des militants associatifs (n = 30), collecte d’archives et traitement statistique secondaire qui offrent quelques données de cadrage plus générales, l’auteur s’intéresse à une zone particulièrement précarisée du marché secondaire du travail étasunien avec l’ambition d’apporter des « éléments nouveaux sur la précarité » afin d’en « enrichir le concept et [d’en] améliorer la compréhension générale […], aux États-Unis comme ailleurs dans le monde » (p. 37). Il se propose précisément d’explorer un aspect paradoxal du travail journalier que l’on pourrait résumer d’une question (p. 25) : « À quoi sert une agence d’intérim lorsque, comparativement aux autres pays de l’OCDE, la plupart des contraintes portant sur le contrat de travail ont été levées, et lorsque les économies de coût du travail obtenues en y ayant recours restent modérées, et pourraient de plus, en théorie, être obtenues pour une grande part sans faire appel à l’intermédiation ? »

2Les agences de travail journalier s’adressent à deux populations soumises à des régimes d’inemployabilité distincts : d’une part, les sans-papiers latinos (principalement mexicains) « non autorisés et pourtant reconnus » et d’autre part, les ex-détenus noirs américains « autorisés et pourtant non reconnus ». Dans ce contexte, leur fonction est principalement assurantielle : elles emploient, sur le mode de la faveur, des travailleurs singulièrement flexibles (même si leur mobilité est parfaitement contrainte) en externalisant les risques juridiques liés à leur embauche (chapitre 1). Sébastien Chauvin s’intéresse également à l’embauche des journaliers sous l’angle de ses effets déqualifiants. En niant purement et simplement les compétences ou en les naturalisant, elle ajoute de la déqualification à la déqualification (chapitre 2). Ici, « […] l’enjeu de la déqualification préliminaire par le truchement du rituel d’embauche, comme du flou perpétuellement entretenu sur le statut de l’embauché est […] celui de la rétention d’une main-d’œuvre à la fois réelle et virtuelle, effective et potentielle, dont il s’agit d’assurer, dans la précarité, la subordination » (p. 142). L’analyse du dispositif de rétention des travailleurs journaliers à l’œuvre dans ces agences dévoile le pouvoir de convocation de la précarité, principal ressort du marché secondaire du travail aux États-Unis (chapitre 3). En effet, ce n’est pas tant le pouvoir de révocation des agences qui permet d’analyser l’essor du travail journalier (le contrat de droit commun étant déjà très peu protecteur de ce point de vue) mais leur pouvoir de convocation permanente : elles offrent aux entreprises du bassin un vivier de main-d’œuvre toujours disponible pour répondre aux besoins du moment (et que les agences se chargent elles-mêmes d’acheminer par cars sur le lieu de travail). Contraints d’être présents sur le lieu de l’agence pour pouvoir travailler, sans jamais que travailler ne leur soit pour autant garanti, ces travailleurs journaliers sont en effet rendus pour le moins captifs. Arrivés sur le lieu de l’agence bien avant son ouverture afin d’apparaître en bonne position sur la liste (les candidats doivent s’inscrire sur une liste dès leur arrivée) pour espérer être envoyés sur un ticket (sans jamais toutefois que la place sur la liste ne le garantisse, le dispatcheur pouvant à tout moment décider de la primauté d’autres critères), les travailleurs journaliers, pour les plus « chanceux », doivent encore supporter une journée de travail et souffrent de fait d’une amplitude horaire bien supérieure à celle des salariés permanents. Malgré des formes diffuses de résistance (notamment d’exit), ce sont bien dans un tel contexte les logiques d’attente et de récompense qui prédominent notamment dans la relation singulière qui voit interagir les travailleurs journaliers et le dispatcheur de l’agence (chapitre 4). En replaçant le travail journalier dans « une histoire de l’intermédiation [du] marché du travail aux États-Unis » (p. 275), l’auteur propose également une analyse très pertinente de l’agence fonctionnant, par homologie structurelle, comme les business unions qui fournissent, disciplinent et représentent la main-d’œuvre auprès des employeurs (chapitre 5) avant d’aborder, peut-être un peu tardivement, le travail dans l’entreprise utilisatrice à proprement parler (chapitre 6). Là encore, les travailleurs journaliers bien qu’unis par une solidarité ethnique et linguistique voient leurs capacités de résistance réduites, du fait notamment d’un fort turn-over minant les collectifs de travail.

  • 1 Moulier-Boutang Y. (1998), De l’esclavage au salariat : économie historique du salariat bridé, Par (...)
  • 2  Cingolani P. (2006), La précarité, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ?  (...)

3Sans que le mot ne soit jamais employé dans l’ouvrage, ces populations s’apparentent à une sorte de lumpenprolétariat américain. Utiles à l’économie, ils n’en restent pas moins privés de tout, n’ayant à offrir que leur temps et leur force de travail sans rien en attendre, ou presque, en retour. À tel point d’ailleurs qu’il est difficile de souscrire complètement à l’usage répété de la notion de « salariat bridé » que l’auteur emprunte à Yann Moulier-Boutang tant le régime de mise au travail étudié semble éloigné de l’idée même de salariat1. Dans ce contexte, le travailleur journalier n’a ni le contrôle de sa mobilité ni de compensation. Ainsi, pour Sébastien Chauvin, « l’originalité historique de l’agence de travail journalier n’est pas [...] dans l’intermittence de ses salariés mais dans le fait que l’institution fonctionne comme un dispositif de suppression de la liberté potentiellement inscrite dans le travail intermittent, informel, ou intermédié » (p. 146). Or, il semble que, pour caractériser la situation en présence, il faille aller au-delà de ce que Patrick Cingolani définit comme la précarité2 : ici, la discontinuité du lien contractuel n’est pas seulement associée à une carence en revenu et une perte de protection sociale mais à une carence en revenu et une absence totale de protection sociale. Bien entendu, il convient, ainsi que le préconise l’auteur, de ne pas homogénéiser abusivement le groupe des travailleurs journaliers : quand certaines fractions ne sont pas ou peu employées – notamment certains ex-détenus noirs américains – d’autres, préférées par les employeurs qui en font d’ailleurs explicitement la demande auprès des agences, n’ont que peu de relation avec elles et se trouvent, de fait, rattachées de façon quasi permanente à l’entreprise utilisatrice. C’est le cas des permatemps ou permanents de l’intérim que l’auteur aurait sans doute d’ailleurs pu désigner autrement que par le langage institutionnel. Le fait que ces intérimaires sans-papiers latinos parviennent à occuper durablement des postes de contremaîtres dans la même entreprise s’explique par leur compétence professionnelle mais aussi par leur maîtrise de l’espagnol (compétence naturalisée) facilitant la communication avec les autres travailleurs journaliers.

  • 3  Chauvin S. (2007), Intérim industriel et mobilisations de journaliers à Chicago, thèse de doctorat (...)

4On peut regretter que les mobilisations collectives des travailleurs journaliers par l’intermédiaire des work centers ne soient abordées que de manière allusive alors que l’auteur les avait traitées dans la thèse3 dont est issu l’ouvrage.

5Au final, l’ouvrage ne manque pas d’intérêt. Étudiant un contexte de précarisation aboutie, Sébastien Chauvin explore et confronte à son terrain qui, par le biais de nombreux extraits du journal de terrain, d’entretiens ou d’archives diverses, notamment de photographies, est au passage toujours parfaitement restitué, de nombreuses hypothèses qui indubitablement nourrissent conceptuellement la notion de précarité. Son travail autorise également par extension une comparaison avec des contextes de précarisation réputés moins avancés tels, pour citer un exemple cher à l’auteur, les intérimaires sans-papiers en France. La sociologie de la précarité s’en trouve significativement enrichie.

Haut de page

Notes

1 Moulier-Boutang Y. (1998), De l’esclavage au salariat : économie historique du salariat bridé, Paris, Presses universitaires de France.

2  Cingolani P. (2006), La précarité, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? ».

3  Chauvin S. (2007), Intérim industriel et mobilisations de journaliers à Chicago, thèse de doctorat à l’EHESS sous la direction de Christian Baudelot.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Grollier, « Sébastien Chauvin, Les agences de la précarité, journaliers à Chicago », Travail et Emploi, 129 | 2012, 84-86.

Référence électronique

Sébastien Grollier, « Sébastien Chauvin, Les agences de la précarité, journaliers à Chicago », Travail et Emploi [En ligne], 129 | janvier-mars 2012, mis en ligne le 30 mars 2012, consulté le 02 septembre 2014. URL : http://travailemploi.revues.org/5509

Haut de page

Auteur

Sébastien Grollier

Centre nantais de sociologie (CENS)

Haut de page

Droits d’auteur

© La documentation française

Haut de page
  • Revues.org