Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Vicenç Navarro, La situacion social en España

Gregorio Rodriguez Cabrero
p. 112-113
Référence(s) :

Vinceç Navarro, La situacion social en España [La situation sociale en Espagne], Madrid : Biblioteca Nueva, 2007.

Texte intégral

1L’ouvrage coordonné par le professeur Vicenç Navarro, de l’université Pompeu Fabra de Barcelone, constitue le second volume d’un dictionnaire commencé en 2006 qui vise à évaluer le développement et l’impact social des politiques sociales en Espagne. Ce dictionnaire fait partie intégrante d’un programme de politiques publiques et sociales de l’université mentionnée ci-dessus et de la Fondation F. Largo Caballero et constitue l’élément fondamental de l’Observatoire social espagnol (Observatorio Social de España). Cet observatoire ne produit pas seulement des dictionnaires, mais il met aussi à jour un site web qui abrite une banque de données sur les différents composants de l’État-providence en Espagne.

2Dans le cadre de cet ouvrage, qui poursuit le travail initié en 2006, quatorze chapitres consacrés à la recherche en sciences sociales se proposent d’aborder la réalité de la politique sociale espagnole. Les deux premiers chapitres, signés du professeur Navarro lui-même et de Jillian Reinolds, analysent les déficits de base de l’État-providence ainsi que la position relative que l’Espagne occupait en termes de protection sociale au sein des quinze pays que comptait l’Union européenne avant son extension à vingt-cinq. Ils analysent la subordination des dépenses publiques aux objectifs de l’union monétaire de sorte que le contrôle réussi du déficit et de la dette publique, en d’autres termes le succès de la convergence monétaire, contraste avec le déficit des dépenses publiques sociales ou déconvergence sociale. Dans la même optique d’analyse des dépenses publiques, ils mettent en avant le faible développement en Espagne de l’administration locale (Nuria Bosch et Marta Espasa), son peu d’implication dans les politiques sociales, état de fait que partagent les pays du sud de l’Europe et qui contraste avec la forte croissance de la responsabilité municipale dans d’autres modèles d’État-providence, comme celui des pays nordiques.

3L’analyse du marché du travail (Javier Ramos-Díaz) et la prévention des risques liés au travail (Marcelo Amable et Joan Benach) constituent deux chapitres centraux de ce volume dans lesquels la forte création d’emplois en Espagne vient contraster avec quoi ? (principalement de femmes et d’immigrants non ressortissants des pays communautaires), facteur ayant permis au cours des trois années écoulées de faire passer le taux de chômage en dessous de la barre des dix pour cent, toutefois avec un taux élevé d’emplois précaires (aux alentours de 30 % du total de la population active), un niveau élevé d’accidents du travail et des inégalités de condition de santé. Un ouvrage comme celui-ci ne pouvait pas ignorer le phénomène de l’immigration en Espagne et les politiques de contrôle des flux, de marché du travail et d’intégration sociale (Antonio Izquierdo). Le débat sur les processus de régularisation fait le cœur de ce chapitre et donne des éléments de réflexion pour les analystes européens.

4L’analyse du système de santé espagnol de type universel de qualité relative, proposée par le professeur Navarro est abordée sous l’angle institutionnel. Elle concerne plus particulièrement la tendance récente de la transposition du système national de santé en dix-sept modèles sanitaires, autant qu’il y a de gouvernements régionaux, ainsi que la relative subordination des soins primaires à l’ « hospitalocentrisme », avec ses inévitables listes d’attente et le blocage des soins spécialisés. Dans le même esprit, Maica Rodríguez, José Miguel Martínez, Gloria Pérez, María Buxó, Paloma Carrillo-Santisteve, Montse Vergara, Joan Benach et Carme Borrell analysent les inégalités de santé par catégorie sociale, par niveau de formation, genre et région.

5La politique éducative est présentée aux chapitres 8, 9 et 10 du point de vue des inégalités sociales (Jorge Calero et Joseph-Oriol Escardíbul), du taux élevé d’échec scolaire, du rôle du corps enseignant formation, recrutement, conditions de travail et rétribution (Francesc Pedrós) et du déficit en nombre de jardins d’enfants (de 0 à 3 ans) (Pau Baizán et María José González), autant de facteurs propres à limiter l’accès des femmes ayant des enfants au marché du travail.

6L’approbation de la loi sur l’autonomie personnelle et le soin aux personnes en situation de dépendance à la fin de l’année 2006 constitue un prétexte pour analyser (Sebastiá Sarasa) le faible niveau de couverture qu’offrent les services sociaux existants et les inégalités territoriales dans ce domaine. L’étude réalisée fait nettement apparaître que ces deux déficits entravent de manière extraordinaire l’élargissement de la nouvelle politique de protection sociale à la dépendance.

7De même, l’ouvrage analyse également les difficultés structurelles d’accès au logement que connaissent les jeunes et les personnes sans foyer en Espagne dans le contexte d’une économie qui, au cours de la période de 1998 à 2007, s’est fondée sur l’industrie de la construction et dont l’un des effets collatéraux s’est traduit par de très fortes augmentations du prix du logement.

8Le livre se termine, à l’instar du volume de 2006, sur l’analyse de l’impôt sur le revenu et ses effets redistributifs régressifs, personnels et territoriaux, comme conséquence des réformes fiscales menées en 1998 par le gouvernement conservateur du Parti populaire.

9En résumé, le lecteur trouvera dans ces travaux rigoureux de lecture facile un guide pratique alliant informations et analyse et lui permettant de comprendre la structure et la dynamique des politiques sociales en général et sectorielle en Espagne pour la période allant approximativement de 2000 à 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gregorio Rodriguez Cabrero, « Vicenç Navarro, La situacion social en España », Travail et Emploi, 115 | 2008, 112-113.

Référence électronique

Gregorio Rodriguez Cabrero, « Vicenç Navarro, La situacion social en España », Travail et Emploi [En ligne], 115 | juillet-septembre 2008, mis en ligne le 18 février 2011, consulté le 26 juin 2017. URL : http://travailemploi.revues.org/4310

Haut de page

Auteur

Gregorio Rodriguez Cabrero

Universidad de Alcalá de Henares

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© La documentation française

Haut de page
  • Revues.org