Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Régis Boulat, Jean Fourastié, un expert en productivité. La modernisation de la France (années 1930–années 1950)

François Denord
p. 93-94
Référence(s) :

Régis Boulat, Jean Fourastié, un expert en productivité. La modernisation de la France (années 1930–années 1950), Presses universitaires de Franche-Comté, 2008.

Texte intégral

1De Jean Fourastié, beaucoup se souviennent qu’il a inventé la formule « les Trente Glorieuses ». Sa renommée aurait pu à elle seule justifier une biographie. Issu d’une thèse de doctorat d’histoire soutenue à l’université de Franche-Comté, le livre de Régis Boulat doit pourtant peu à ce genre académique. S’il rend compte de la trajectoire de Jean Fourastié, c’est comme véhicule de la notion de productivité en France entre les années 1930 et 1950. Praticien et expert de l’économie, haut fonctionnaire, enseignant à l’EPHE, à l’ENA, à Sciences-Po et au CNAM, ce « modernisateur » a traversé tant d’univers sociaux que la connaissance de son itinéraire enrichit l’histoire économique, l’histoire sociale, l’histoire des relations internationales et l’histoire des sciences sociales. La productivité constitue, en effet, un enjeu pour de très nombreux secteurs que seuls quelques individus multipositionnels mettent en relation. Jean Fourastié fait partie d’entre eux.

2L’ouvrage débute par un panorama des lieux où s’élabore durant la Seconde Guerre mondiale un regard neuf sur l’économie. Dans le prolongement des années 1930, la question de la « productivité » s’impose progressivement, même si elle ne porte pas toujours ce nom. On parle tantôt de rationalisation ou de normalisation, tantôt de progrès technique. Le thème mobilise des vichyssois, des résistants, parfois les deux. Grâce à ses propres sources et analyses, Régis Boulat enrichit la très vaste littérature consacrée au sujet. Il identifie en outre des acteurs aux profils atypiques et des instances, parfois difficilement classables si l’on s’en tient à des typologies préétablies. Bien que situées dans le giron du régime de Vichy, elles disposent souvent d’une assez large autonomie. Ainsi du service des monographies industrielles intégré au Centre d’information interprofessionnel où officient Henry Fayol et Rotislaw Donn ou de l’Institut de conjoncture d’Alfred Sauvy. André Vincent y initie une approche statistique du progrès technique. Mais il manque encore à cette histoire le grand héraut du productivisme, Jean Fourastié, auquel est consacré le chapitre 2 de l’ouvrage. De manière précise, et sans pathos, l’auteur présente le milieu familial, la formation à la croisée des études scientifiques (École centrale) et juridiques (faculté de droit et École libre des sciences politiques) puis la construction progressive d’une position d’expert en matière d’assurances et de comptabilité. Enseignant au CNAM, auteur de plusieurs titres de la collection « Que-sais-je » remarqués des professionnels et des savants, Jean Fourastié éclipse ses devanciers.

3Dans les deuxième et troisième parties du livre, Régis Boulat mêle les deux fils qu’il avait précédemment tirés. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, l’impératif de reconstruction fait de la productivité un cheval de bataille national. Le modèle américain est dans toutes les têtes, la supériorité de son industrie constituant le mystère à percer. Des organismes spécialisés se mettent en place comme le peu connu Serve d’analyse industrielle de l’ambassade de France à Washington. Les milieux de l’organisation se saisissent de la question (CNOF, CEGOS, AFNOR, etc. ), de même que le Commissariat général du Plan, sous la houlette de Jean Monnet et de Robert Marjolin. C’est dans ce cadre que ressurgit la figure de Jean Fourastié, introducteur en France de l’œuvre de Colin Clark. Elle nourrit sa réflexion et en particulier sa « théorie générale de l’évolution économique » qui confère à la productivité une place centrale. Régis Boulat suit minutieusement la réception des travaux de Fourastié, allant des revues généralistes (Esprit ou Critique par exemple) aux périodiques spécialisés, savants ou non. Il montre comment le conseiller de Monnet se fait le prophète écouté d’une « civilisation tertiaire ».

4Mais la question de la productivité n’est pas seulement une affaire de théorie économique. À l’heure du plan Marshall et de la Guerre froide, l’expertise américaine sur le cas Français se renforce, notamment au Bureau of Labor Statistics et avec les premières contributions de l’Anglo-American Concil on Productivity. Le Commissariat du Plan devient l’interlocuteur privilégié des modernisateurs américains et produit sa propre expertise au sein de la « sous-commission productivité de la main-d’œuvre ». Surtout, les premières missions de productivité partent à la découverte des États-Unis. Persuadées de la nécessité de relever l’économie française pour se prémunir du danger communiste, les autorités américaines permettent à la question de la productivité de s’institutionnaliser. Leur aide a pour objectif de coordonner les différentes actions menées et d’en initier de nouvelles. En février 1950 naît ainsi l’Agence française pour l’accroissement de la productivité (AFAP), puis en juin le Comité national de la productivité (CNP). Progressivement se constitue un « bataillon sacré de la productivité » dont Régis Boulat esquisse une sociologie en recourant d’une part, à des analyses de réseaux sociaux et d’autre part, à quelques traitements de statistiques descriptives appliqués à des données prosopographiques. Ils révèlent une dynamique chronologique et des lignes de clivages qui traversent le groupe (effets d’âge, de formation, de secteur d’appartenance, etc. ). En 1953 apparaît enfin un Commissariat général à la productivité dont la direction échoit à Gabriel Ardant. Ce proche de Mendès France tente de rationaliser le programme français de productivité, notamment la gestion des subventions et prêts à accorder. Son institution se dilue cependant au sein du Commissariat du Plan en 1959.

5L’ouvrage de Régis Boulat se clôt avec cet épisode. L’une de ses principales forces est de parvenir à faire tenir ensemble les diverses dimensions du problème de la productivité, de l’histoire de l’État à celle de la diplomatie américaine en temps de Guerre froide. Il rend compte ainsi de processus qui se déroulent avec des temporalités différentes dans des milieux parfois relativement peu étudiés : celui de « modernisateurs » considérés ici hors des grandes directions ministérielles et loin des discours héroïsant popularisés par les mémoires et les récits autobiographiques ; celui d’économistes qui ne correspondent pas au canon universitaire classique et figurent au nombre de ceux qu’André Marchal appelait au début des années 1950 des « économistes d’observation ». Jean Fourastié, un expert en productivité mobilise de très nombreuses sources, notamment archivistiques : l’auteur a consulté des fonds publics et privés, en France et à l’étranger (Suisse, États-Unis). L’étendue des dépouillements impressionne. S’y ajoutent quantité de sources imprimées et une parfaite maîtrise de l’historiographie française et internationale. Tous ces éléments font de cet ouvrage une somme qui livre beaucoup d’éléments nouveaux et qui, lorsqu’il traite d’aspects plus classiques, le fait sous un angle original : en insistant sur les réactions syndicales, par exemple, tant ouvrières que patronales ; en resituant les débats économiques dans des lieux, des groupes et des moments. Bref, en proposant une histoire sociale d’une question politique et économique de première importance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Denord, « Régis Boulat, Jean Fourastié, un expert en productivité. La modernisation de la France (années 1930–années 1950) », Travail et Emploi, 117 | 2009, 93-94.

Référence électronique

François Denord, « Régis Boulat, Jean Fourastié, un expert en productivité. La modernisation de la France (années 1930–années 1950) », Travail et Emploi [En ligne], 117 | janvier-mars 2009, mis en ligne le 15 mars 2011, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://travailemploi.revues.org/4158

Haut de page

Droits d’auteur

© La documentation française

Haut de page
  • Revues.org